Modifié le 09 mars 2018 à 17:18

Le financement de la troisième correction du Rhône est lancé

Le Rhône, photographié dans le Chablais.
Le Rhône, photographié dans le Chablais. [Laurent Gilliéron - Keystone]
Le financement de la 3e correction du Rhône a été accepté vendredi en première lecture à la quasi-unanimité du Grand Conseil valaisan. Le texte a subi des modifications. Le spectre d'un référendum de l'UDC s'éloigne.

Alors que les députés valaisans avaient accepté du bout des lèvres lundi l'entrée en matière sur le projet de loi sur le financement de la 3e correction du Rhône, ils l'ont plébiscité par 125 voix contre une et deux abstentions vendredi en début d'après-midi.

Le texte, qui traite de la répartition du financement, a subi d'importants changements. Les députés ont notamment décidé de décharger les communes d'une partie du poids financier du projet et de supprimer la contribution des tiers.

Ils ont ainsi abaissé de 5 à 2% la part des communes au financement du projet. Ils ont plafonné à 2,4 milliards de francs le montant des coûts que doivent se répartir les tiers (communes et CFF), soit un milliard de moins que prévu initialement.

L'UDC retire son amendement

Il ne s'agit cependant que d'un plafonnement du montant pour l'appel à contribution et non du coût global du projet. Quant aux propriétaires fonciers, en particulier les entreprises et les grandes industries, ils ne devront pas passer à la caisse.

"Nous sommes satisfaits de la tournure des événements et nous retirons notre amendement visant à soumettre la loi au vote populaire", a indiqué le député UDC Grégory Logean. Le groupe UDC était jusque-là fortement opposé au projet et à son coût total de 3,4 milliards de francs, estimant que le gouvernement avait trompé l'électorat lors de la votation de juin 2015.

Lors de l'entrée en matière, le conseiller d'Etat Jacques Melly a admis un manque de précision lors de la campagne 2015: il eût peut-être fallu évoquer également les réserves pour imprévus, les frais d'études et autres coûts complémentaires en plus du seul coût des travaux de 2 milliards de francs.

>> Lire aussiBataille de chiffres en Valais sur la troisième correction du Rhône

Les Verts déçus

Les Verts n'ont pas appuyé le désengagement financier des communes: la 3e correction du Rhône les concerne au premier chef, ce sont elles qui bénéficieront des mesures, a rappelé le député Thierry Largey.

La deuxième commission qui planchera sur cette loi sur le financement de la 3e correction du Rhône aura encore du pain sur la planche. Elle aura notamment connaissance des montants alloués par Berne.

ats/tmun

Publié le 09 mars 2018 à 16:28 - Modifié le 09 mars 2018 à 17:18