Modifié le 08 mars 2018 à 11:27

Certains députés dénoncent l'abus de pesticides dans les vignes valaisannes

Des députés valaisans dénoncent l'écart entre les normes en vigueur et la réalité du terrain.
Des députés valaisans demandent plus de contrôle sur l'usage des pesticides dans les vignes La Matinale / 4 min. / le 08 mars 2018
Certains députés valaisans dénoncent des abus dans l'utilisation de pesticides dans le vignoble et demandent dans un postulat, traité jeudi au Grand Conseil, la réduction de ces produits ainsi que des contrôles plus stricts.

Ces députés s'inquiètent des herbicides épandus sur le sol du vignoble valaisan en trop grande quantité et sans respect des distances légales ainsi que des hélicoptères sulfatant trop près de zones écologiques sensibles ou d'habitations lors de traitements par fongicides.

S'appuyant sur une enquête de 2013 de l'association alémanique Vision Landwirtschaft et sur une étude de 2017 de l'Institut fédéral suisse des sciences et technologies de l’eau, le député vert Emmanuel Revaz estime qu'il s'agit d'un problème de santé publique, comme le mercure.

"On a un problème un peu semblable avec une pollution qui est sous-estimée, dont les effets sont beaucoup plus insidieux et touche potentiellement beaucoup plus de personnes", explique le biologiste à l'origine de cette intervention cosignée par des élus PDC.

Intensification des contrôles

Le canton du Valais relève que ce postulat arrive comme la grêle après la vendange, puisqu'un plan d'action cantonal, découlant d'une démarche nationale, a été élaboré pour réduire ces produits phytosanitaires. Il est actuellement en consultation auprès de la branche.

Mais sur le terrain, les contrôles effectués l'an dernier ont montré un non-respect récurrent des distances de sécurité ou des zones tampons. "Force est de constater que nombreuses distances de sécurité, par rapport à d'autres surfaces ou à des biotopes terrestres, ne sont pas respectées", admet Stéphane Emery, collaborateur scientifique au Service cantonal valaisan de l'agriculture.

Le canton, qui a jusqu'ici préféré la sensibilisation, "de manière peut-être un peu naïve" avoue-t-on aujourd'hui, entend intensifier les contrôles. Des retenues sur les paiements directs ou l'exclusion de ces paiements en cas de récidive sont prévues pour sanctionner les contrevenants.

Vignerons déjà sensibilisés

Si le directeur de la Chambre valaisanne d'agriculture, Pierre-Yves Felley, met en avant des erreurs dans l'étude alémanique de 2013, il concède que des améliorations sont possibles. "Tout ce qui permet de diminuer l'utilisation d'un produit phytosanitaire est tout à fait dans la volonté de la profession."

A noter qu'une motion demandant l'interdiction totale de l'usage des néonicotinoïdes, ces insecticides impliqués dans le déclin des pollinisateurs, les abeilles en particulier, sera traitée vendredi par le Grand Conseil.

>> Lire à ce sujet: Un nombre inhabituel d'abeilles tuées par des insecticides en 2017

Marie Giovanola/lgr

Publié le 08 mars 2018 à 11:24 - Modifié le 08 mars 2018 à 11:27