Modifié le 19 août 2017 à 22:39

La production de raclette valaisanne AOP pourrait être réduite de 30% cet hiver

Raclette AOP en Valais : production en baisse cette année
Raclette AOP en Valais : production en baisse cette année 19h30 / 2 min. / le 19 août 2017
Les conséquences du gel et de la sécheresse se font sentir en Valais, où le manque de fourrage pour l’hiver pose un véritable souci aux éleveurs de bétail pour la production de lait pour la raclette d’origine protégée.

"Il va falloir faire des choix cet automne, soit on garde moins de bêtes soit on achètera un peu de fourrage", explique dans le 19h30 Martin Michellod, producteur Raclette AOP.

Le cahier des charges pour la raclette valaisanne AOP est clair: 75% du fourrage grossier doit provenir du bassin AOP, soit du Valais. Le Valais central comme le Haut-Valais ont été frappés par le gel et la sécheresse et auront du mal à fournir en fourrage leurs voisins.

"Il n’y aura certainement pas assez de fourrage pour nourrir nos bêtes cette année, on peut dire au stade où l’on est qu'on a 50% de moins de fourrage pour nos vaches, c’est sûr", déplore Bertrand Pillet, agriculteur à Vétroz.

Pas de dérogation

Bien que la situation soit critique, il n'est pas envisageable pour le directeur de l'Interprofession raclette du Valais AOP de déroger aux règles d'origine protégée. "Si le producteur est en dessous de 75% du fourrage grossier de la région et qu'il livre du lait, alors il ne pourra pas être transformé en fromage raclette du Valais AOP", confirme Urs Guntern.

Pour pallier à la situation, certains éleveurs envisagent d’amener leurs vaches dans des alpage moins touchés, comme dans le Val d’illiez.

"Si la météo le permet, on va essayer de prolonger nos saisons d’alpage", déclare Blaise Perrin, de la ferme à Gaby à Champoussin. "Ou en tous cas ne pas précipiter la descente pour que les gens qui ont pu faire moins de fourrage puissent bénéficier de quelques jours avec leur bétail en alpage."

Rafaël Poncioni/lgr

Publié le 19 août 2017 à 21:07 - Modifié le 19 août 2017 à 22:39