Modifié le 12 juin 2017 à 20:19

Le calendrier de candidature pour les JO de Sion 2026 pose problème

Sion 2026: le Conseil fédéral pourrait réviser son agenda
Sion 2026: le Conseil fédéral pourrait réviser son agenda 19h30 / 2 min. / le 12 juin 2017
La candidature de Sion pour les JO 2026 se joue ces 18 prochains mois. Et le calendrier politique doit faire face à une possible confusion entre le débat aux Chambres fédérales et les éventuels référendums dans les cantons.

Les prochaines étapes prévoient que le Conseil fédéral prenne une décision de principe en septembre, après avoir reçu fin juillet ou début août un dossier exposant le concept de la candidature suisse pour les Jeux olympiques 2026 et le budget.

Pour le gouvernement fédéral, il s'agira ensuite de mettre ce paquet en consultation, afin de rendre sa décision finale en mai 2018.

Mais ces cinq mois de latence pourraient avoir de lourdes incidences sur la suite du calendrier durant l’automne 2018. Les probables référendums dans les cantons et les communes concernés qui interviendraient en même temps que les débats aux Chambres ne sont pas pour arranger le Valais qui préférerait connaître le montant de la participation fédérale avant d’aller devant les peuples cantonal et sédunois.

"On va trouver des solutions"

"Aujourd’hui, il faut surtout établir la meilleure stratégie au niveau politique, au niveau du processus démocratique, et puis après on verra ce qu’on doit mettre en place, dans quel délai, et ça, on doit surtout, surtout dialoguer et trouver des solutions", avance lundi le conseiller d'Etat Frédéric Favre dans le 19h30 de la RTS.

Des propos très prudents qui traduisent pourtant une volonté: pour espérer la mise en chantier des villages olympiques, il faut que la Confédération annonce sa mise de fonds avant les votes régionaux.

Du côté du comité de candidature de Sion 2026, le souhait est également au coup d'accélérateur. "Cela nous donnerait évidemment plus de chance et permettrait au débat, notamment au niveau cantonal, de se dérouler sans doute en meilleure connaissance de cause", confie Jean-Philippe Rochat, président du comité.

Le Conseil fédéral se dit ouvert

Ainsi mis sous pression, le Conseil fédéral ne parle pas encore de révision. Mais annonce qu'il se montrera ouvert à une révision du planning une fois qu'il aura le dossier entre les mains, comme l’a confié le conseiller fédéral Guy Parmelin à la RTS: "La prochaine échéance, c’est fin juillet, tout début août. Et une fois que nous aurons le dossier entre les mains, nous pourrons finir de construire le calendrier."

>> Ecouter Guy Parmelin et Jean-Philippe Rochat dans le Journal du matin le 5 mai:

Le conseiller fédéral Guy Parmelin.
Peter Klaunzer - Keystone
Le Journal du matin - Publié le 05 mai 2017

Olivier Kurth/gax

Publié le 12 juin 2017 à 20:19 - Modifié le 12 juin 2017 à 20:19