Modifié

Le Valais et Vaud feront pression dans le dossier des centres d'asile

Le centre d'hébergement pour requérants d'asile déboutés des Perrerets, à Gland (VD) - (image d'illustration) [Dominic Favre - KEYSTONE]
Le Valais et Vaud feront pression dans le dossier des centres d'asile / Le Journal du matin / 2 min. / le 2 juin 2017
Les cantons de Vaud et du Valais ont l'intention de faire pression sur le Conseil fédéral pour ne pas se faire imposer la répartition des centres fédéraux d'asile voulue par la Confédération.

Plusieurs élus fédéraux vaudois et valaisans de la commission des institutions politiques vont tenter d'influencer la décision du Conseil fédéral, attendue pour la fin de l'année. Ces parlementaires ont obtenu, avec le soutien de plusieurs collègues alémaniques, de pouvoir discuter de cette planification avec le Département de justice et police.

Ils veulent comprendre quels sont les critères qui ont été retenus par la Confédération pour répartir les centres fédéraux d'asile en Suisse romande.

La variante des cantons pas retenue

La variante négociée et privilégiée par les gouvernements vaudois et valaisans n'a en effet pas été retenue dans le plan mis en consultation.

"Les cantons de Vaud et Valais s'étaient mis d'accord pour héberger des demandeurs d'asile à Dailly (VD)", rappelle le conseiller national Jean-Luc Addor (UDC/VS).

Compétence du Conseil fédéral

"Et tout à coup, on apprend que le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) veut les stationner soit à Martigny (VS) soit à Tourtemagne (VS). Il y a là un souci, qui justifie que le Parlement puisse faire entendre la voix des cantons. Et c'est la moindre des choses que la Confédération écoute, surtout quand les cantons ont proposé des solutions", estime le parlementaire.

Le Conseil fédéral a toutefois le pouvoir d'imposer ses choix. L'implantation de centres fédéraux, qui va de pair avec la réforme de la procédure d'asile, est de sa compétence.

Rendez-vous à la mi-août

Quelle est donc la marge de manoeuvre du Parlement? "Je pense que nous avons un moyen d'influencer les critères, peut-être même d'influencer directement le plan sectoriel", affirme le conseiller national Philippe Nantermod (PLR/VS).

Les conseillers nationaux spécialistes de la question de l'asile ont donné rendez-vous à la ministre Simonetta Sommaruga, en charge du dossier, et au Secrétaire d'Etat en charge de la migration Mario Gattiker lors d'une séance mi-août. Ils tenteront d'influencer une toute dernière fois le choix du Conseil fédéral.

Pietro Bugnon/kkub

Publié Modifié