Publié

Le Valais veut interdire la mendicité comme l’ont fait Vaud et Genève

Genève applique l'interdiction de la mendicité depuis 2008. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Le Valais veut interdire la mendicité comme l’ont fait Vaud et Genève / Le Journal du matin / 1 min. / le 30 mai 2017
Après les cantons de Vaud et Genève, le Valais prévoit d’interdire la mendicité. Un avant-projet de loi, en réponse à une motion de l'UDC acceptée en 2014, est en consultation jusqu'à mercredi.

Raisons invoquées pour justifier cette interdiction: la présence de mendiants accroît le sentiment d'insécurité et donne une mauvaise image pour un canton touristique.

Règlement de police insuffisant

Actuellement, la question de la mendicité est encadrée par les règlements de police des communes. Pour les partisans d'une loi cantonale, elle permettrait d'unifier les pratiques et d'éviter le flou qui règne en la matière.

Pour Cyrille Fauchère, député UDC et municipal de Sion en charge de la Sécurité, interrogé mardi dans le Journal du matin, cette loi est utile: "Il ne faut pas attendre d'être submergé par un phénomène qu'on sait en augmentation."

Loi coûteuse et inefficace

Pour la gauche, la pauvreté n'est pas un délit. Or, cette loi ne stigmatise pas que la mendicité par métier mais aussi la mendicité dite sociale, pratiquée par une personne en situation précaire, malade ou au chômage.

Le PS la juge coûteuse et inefficace, comme l'a relevé Emmanuel Amoos, chef du groupe socialiste au Grand Conseil: "Cette loi est stupide et inutile. On n'a aucun chiffre en Valais et je n'ai jamais vu de mendiant à Verbier ou à Crans-Montana. Cette loi ne sert qu'à exacerber les fantasmes de l'UDC".

Le Parlement valaisan pourrait se pencher sur cette loi cet automne.

Marie Giovanola/lan

Publié