Modifié

Martigny se fâche contre le Valais et la Confédération au sujet de l'asile

Requérants à Martigny: la présidente de la commune en colère [RTS]
Requérants à Martigny: la présidente de la commune en colère / 19h30 / 2 min. / le 6 avril 2017
Après l’annonce mardi du plan "Asile" de la Confédération, la ville de Martigny s’insurge sur la manière dont l’information a été transmise et le choix potentiel de cette commune qui accueille environ 350 requérants.

"Je suis fâchée; pas tellement sur le plan sectoriel, mais contre le processus", explique Anne-Laure Couchepin Vouilloz, la présidente de Martigny.

En juin 2016, un courriel fédéral informe la commune valaisanne qu'elle pourrait être concernée par le plan sectoriel "Asile", c'est-à-dire qu'elle pourrait accueillir un centre de requérants d'asile. Mais cette information a ensuite été démentie oralement par le canton du Valais à l'ancien président de la Ville.

Le canton du Valais affirme par ailleurs que la commune a été informée par la Confédération au mois de mars, mais Martigny réfute.

Colère contre le canton du Valais

"Le canton du Valais est au courant depuis le début de cette année civile que le site de Martigny figurera dans le plan sectoriel, nous pas", explique Anne-Laure Couchepin Vouilloz.

La présidente PLR affirme n'avoir reçu qu'un courrier officiel de la part du canton jeudi, "alors que c'est dans le public depuis plusieurs jours". "J’attends que l’on nous considère comme des partenaires, pas simplement une surface ni des mètres carrés qui seraient à disposition", ajoute-t-elle.

La région de Martigny accueille environ 350 requérants d'asile et la seule aire d'accueil du Valais pour les gens du voyage.

Rafaël Poncioni/ctr

Publié Modifié