Modifié le 21 février 2017

Un biologiste s'en prend aux autorités dans l'affaire de la louve abattue

Pour Raphaël Arlettaz, l'attitude des autorités valaisannes génère un climat propice au braconnage
Braconnage d’une louve: entretien avec Raphaël Arlettaz à Sion 19h30 / 3 min. / le 20 février 2017
Pour Raphaël Arlettaz, biologiste à l'Université de Berne, les autorités valaisannes sont coupables de "désinformation" concernant le loup, ce qui favoriserait un climat "délétère" propice au braconnage.

Invité du 19:30 lundi, le scientifique n'a pas mâché ses mots. Selon lui, les autorités cantonales valaisannes, "depuis longtemps hostiles au prédateur, confondent le loup réel et le loup mythique". Par leur politique, elles "faussent le climat et créent une atmosphère délétère", a dit Raphaël Arlettaz après l'annonce dimanche qu'une louve avait été abattue dans le Val d'Anniviers.

>> Lire: Une louve a été mystérieusement abattue dans le Val d'Anniviers

Dans de telles conditions, les braconniers se sentent des ailes, constate le biologiste valaisan. Or selon lui, le canton aurait tout intérêt, à l'instar des chasseurs qui le considèrent à tort comme un concurrent, à accepter l'installation du loup en Valais. Selon Raphaël Arlettaz, la présence du canidé serait à même de résoudre le problème de la forte hausse de la population de cerfs dans le canton, actuellement difficile à contenir malgré des chasses spéciales.

Alors que l'enquête ouverte par le Ministère public se poursuit, le Groupe loup Suisse (GLS) offre une récompense de 10'000 francs à tout témoin apportant des informations pouvant conduire à l'identification du tireur de la louve de Mayoux. L'organisation réclame une sanction exemplaire contre l'auteur du tir.

>> Lire: Récompense de 10'000 francs à qui dénoncera le braconnier de Mayoux (VS)

pym

Publié le 21 février 2017 - Modifié le 21 février 2017