Sion vue depuis le château de Valère.

Le suivi des résultats

Publié le 16 octobre 2016 à 10:48 - Modifié le 17 octobre 2016 à 20:23

Les élections communales ne bouleversent pas le paysage politique valaisan

Un millier de candidats étaient en lice dimanche en Valais pour briguer les quelque 730 sièges des exécutifs de 126 communes du canton.

Le scrutin n'a pas provoqué de grands bouleversements, mais l'enjeu était particulièrement important pour les libéraux-radicaux, qui se battaient pour conserver leurs acquis, dans le but de garder les présidences de Sion, Sierre et Martigny. Si ces postes seront attribués le 13 novembre, la concurrence avec le PDC s'annonce rude.

La pression se maintient toutefois sur les démocrates-chrétiens, qui ont laissé échapper quelques sièges au profit de l'UDC, de la gauche ou de formations communales contestataires comptant parfois en leur sein des dissidents PDC.

Quant à l'UDC, elle espérait effectuer une percée, notamment dans le Valais romand. Elle a décroché de nouveaux sièges dans plusieurs communes, dont Val-d'Illiez où l'ex-président PDC a été évincé, Ardon, Ayent ou encore Saint-Gingolph. Mais elle a aussi échoué aux portes de plusieurs autres exécutifs convoités, notamment ceux de Sierre et Martigny.

La gauche a de son côté gagné cinq sièges sur l'ensemble du canton, dont quatre dans le Valais romand, selon Gaël Bourgeois, président du PS du Valais romand. Les socialistes en espéraient trois et font donc mieux que prévu.

Suivi assuré par Jessica Vial

  • Les enseignements

    Les partis indépendants gagnent du terrain

    >> Le point dans Couleurs Locales:

    VS: les partis indépendants gagnent du terrain
    Couleurs locales - Publié le 17 octobre 2016

  • "La marque UDC est porteuse"

    L'analyse du président du PDC du Valais romand

    "La marque UDC est porteuse et amène des suffrages", même dans une élection communale où ce sont généralement les personnalités qui priment, analyse Serge Métrailler, président du PDC du Valais romand, dimanche soir dans Forum.

    En d'autres termes, les succès fédéraux et cantonaux de l'UDC expliquent en partie la progression d'un parti "récent dans la politique valaisanne".

    Succès à relativiser

    Serge Métrailler relativise toutefois le succès de l'UDC lors du scrutin de dimanche. "On parle de 19 sièges sur 431", nuance-t-il.

    Il se défend de voir le PDC "perdre des plumes". "Toutes les forces politiques se tiennent", estime-t-il, ajoutant que l'objectif de 40% de sièges visé par son parti est atteint.

    >> Ecouter l'interview complète:

    Serge Métrailler, président du PDC du Valais romand.
    Olivier Maire - Keystone
    Forum - Publié le 16 octobre 2016

    Alors même qu'elle progresse en Valais, l’UDC peine à s’intégrer en ville.

    >> Ecouter l'inteview de Jérôme Desmeules, co-président de l'UDC Valais romand:

    Jérôme Desmeules.
    - v.ch
    Le Journal du matin - Publié le 17 octobre 2016

  • L'UDC continue de grignoter du terrain

    Le parti devrait dépasser les 20 élus

    L'UDC du Valais romand, qui espérait gagner 8 sièges, a réussi son pari et devrait dépasser les 20 élus: des gains qui se font au détriment tant du PDC que du PLR et du PS.

    A Monthey, la nouvelle formation Alternative pour Monthey place 2 élus, dont Pierre Contat, d'obédience UDC.


    Dans la nouvelle commune de Crans-Montana, l'UDC a réussi à décrocher un fauteuil. Elle a obtenu de nouveaux sièges dans plusieurs communes, dont Val-d'Illiez, Ardon, Ayent ou encore Saint-Gingolph.

    Cette progression du parti ne lui permet toutefois pas d'entrer dans plusieurs exécutifs qu'elle visait comme Sierre, St-Maurice, Evolène, Nendaz ou Martigny.

    >> Les principaux résultats analysés par notre correspondante:

    Une personne glisse son enveloppe de vote dans l'urne a l'intérieur du bureau de vote lors du premier tour des élections municipales en Valais.
    Jean-Christophe Bott - Keystone
    Forum - Publié le 16 octobre 2016

  • Un exécutif pour la nouvelle commune de Crans-Montana

    PDC et PLR à égalité à Crans-Montana

    Les résultats de la toute nouvelle commune de Crans-Montana sont tombés tard dans la soirée.

    L'exécutif y comptera quatre PDC, quatre PLR, un ADG, un UDC et un élu issu du Mouvement démarche citoyenne (MDC).

  • Conseil municipal réduit sans impact à Sion

    Le PDC Michel Rothen pas élu à Sion

    A Sion, le conseil municipal est passé de 15 à 9 membres, sans impact particulier sur les cinq partis représentés à l'exécutif qui conservent tous des sièges. L'exécutif se compose donc de trois PDC, trois PLR, un ADG, un UDC et un Vert.

    La surprise provient de la liste démocrate-chrétienne, où l'ancien président du PDC Valais romand Michel Rothen termine cinquième et n'est donc pas élu. Il figurait pourtant parmi les favoris pour briguer la présidence de la ville, que quitte le PLR Marcel Maurer.

  • Martigny choisit le statu quo

    Anne-Laure Couchepin-Vouilloz et Benoît Bender bien élus à Martigny

    Le conseil communal de Martigny va garder le même visage: cinq PLR, trois PDC, et un membre de l'Alliance de gauche.

    La PLR Anne-Laure Couchepin-Vouilloz a remporté davantage de suffrages que le PDC Benoît Bender, alors que tous deux sont sur les rangs pour reprendre la présidence de la ville, que le PLR Marc-Henri Favre laisse vacante.

  • La gauche gagne du terrain à Monthey

    Un siège ravi au PLR

    A Monthey, le PLR perd un siège au profit de l'Alliance de gauche, qui en obtient deux. Les trois PDC sont réélus.

    Deux représentants de l'Alternative pour Monthey, bannière sous laquelle se sont ralliées l'Entente et l'UDC, complètent le tableau.

  • Statu quo au conseil municipal de Sierre

    Le PLR conservera-t-il la présidence à Sierre?

    La ville de Sierre conserve le statu quo avec quatre PDC, trois PLR et deux membres de l'Alliance de gauche. L'UDC ne réussit pas à accéder à l'exécutif de la ville, pourtant convoité.

    Enjeu présidentiel

    Parmi les trois prétendants à la succession du président PLR François Genoud, c'est le PDC Pierre Berthod qui est le mieux élu, devant le PLR Marc-André Berclaz et le socialiste Olivier Salamin.

    Le scrutin pour les départager aura lieu le 13 novembre.

  • Le PDC décroche la majorité à Bagnes

    Dissident pas élu

    A Bagnes, le PDC obtient cinq sièges et garde sa majorité. Le président sortant Eloi Rossier, sous le feu des critiques, est malgré tout réélu brillamment.

    Le mouvement Entremont autrement accède au conseil municipal.

    Le lanceur d'alerte dans l'affaire des constructions illicites de Verbier et ex-employé communal Gabriel Luisier, qui se présentait sous la bannière du Groupement indépendant bagnard, n'a pas été élu.

  • Les conseillers nationaux valaisans bien élus aux communales

    Des locomotives pour leur parti

    Les conseillers nationaux valaisans en lice pour les élections communales ont réalisé de bons scores dimanche dans leurs communes respectives et se sont révélés de véritables locomotives pour leur parti.

    Le démocrate-chrétien Yannick Buttet, président de Collombey-Muraz, et Roberto Schmidt président de Loèche, ont été largement réélus. Le premier a d'ailleurs été reconduit tacitement comme président de la commune.

    L'UDC Franz Ruppen arrive également en tête à Naters: un résultat qui lui permet de briguer la présidence le 13 novembre prochain.

    Quant à la démocrate-chrétienne Géraldine Marchand-Balet, présidente de Grimisuat, elle réalise un score plus nuancé, puisqu'elle arrive derrière deux candidats, à une centaine de voix du premier.

  • Le PDC chahuté à Grimisuat

    Le parti de la présidente perd deux sièges

    A Grimisuat, le PDC, parti de la présidente et conseillère nationale Géraldine Marchand-Balet, a dû s'incliner face à ses dissidents. Les démocrates-chrétiens concèdent deux sièges à l'alliance "Grimisuat autrement" et en conservent trois.

    Un PLR et un socialiste complètent la composition du conseil municipal.

    C'est le nouveau venu Raphaël Vuignier, de la formation "Grimisuat autrement", qui est le mieux élu.

  • Le PLR gagne un siège à Saint-Maurice

    Un fauteuil ravi au PDC

    A Saint-Maurice, le PDC perd un siège au profit du PLR. Les démocrates-chrétiens se retrouvent avec trois sièges et le candidat le mieux élu, Xavier Lavanchy, mais les libéraux-radicaux s'adjugent cinq fauteuils.

    Le dernier siège va à l'Alliance de gauche.

  • Résultats contrastés pour l'UDC

    Sièges UDC gagnés dans sept communes

    L'UDC a gagné des sièges dans plusieurs communes, notamment à Val-d'Illiez, où l'ex-président PDC Philippe Es-Borrat a été évincé.

    Le parti passe également de un à deux fauteuils à Saint-Gingolph, au détriment du PLR, qui perd la majorité absolue. A Ardon, l'UDC gagne deux sièges face aux libéraux-radicaux.

    L'UDC a aussi pris un siège au parti socialiste à Ayent. Il gagne aussi un fauteuil à Port-Valais et à Hérémence, dans les deux cas au détriment du PDC.

    A Savièse, l'UDC prend un siège à l'Entente, qui perd sa majorité.

    Le parti a en revanche manqué son entrée dans plusieurs autres communes.


    Le parti échoue aussi à entrer à l'exécutif d'Orsières.

  • Le PDC garde ses 4 sièges à Collombey-Muraz

    Yannick Buttet réélu président tacitement

    Le PDC conserve son quatrième siège à Collombey-Muraz, devant un PLR, un socialiste et un UDC, maintenant le statu quo. Les Verts échouent à placer un des leurs à la municipalité.

    Le président de la commune, le conseiller national Yannick Buttet, est le candidat le mieux élu, malgré une faible participation au scrutin. Aucun autre élu n'étant candidat à la présidence, il sera réélu tacitement à ce poste.

  • Soutien sans faille au président de Vouvry

    Reynold Rinaldi cartonne en indépendant

    Le parti radical social démocratique de Vouvry avait choisi en juin dernier de soutenir le municipal Cédric Vuadens dans la course à la présidence de la commune pour la législature 2017-2020.

    Reynold Rinaldi, président en exercice depuis 2009, avait alors décidé de se lancer en indépendant, sous la bannière de "Vouvry en mouvement". Il est le candidat le mieux élu dimanche, et fait ainsi perdre 4 sièges à son ancien parti.

  • L'Alliance rafle la mise à Vex

    Duel autour de la LAT

    A Vex, l'Alliance citoyenne formée par le président indépendant Danny Défago a remporté six des neuf sièges disponibles. Le Front démocratique, aux positions diamétralement opposées, se contentera des trois derniers.

    La commune de 1800 habitants située sur les hauteurs de Sion s'est déchirée lors d'une campagne très agitée.

    Les deux formations, composées de six candidats chacune, se sont livré bataille après une décision impopulaire de Danny Défago de bloquer 80% des zones à bâtir du vilage pour deux ans, afin de redessiner un plan d’affectation des zones conforme à la nouvelle loi sur l’aménagement du territoire (LAT).

  • Le PLR et le PDC font main basse sur Martigny-Combe

    Le désistement du MCI redistribue les cartes

    Le principal parti de la commune de Martigny-Combe, le Mouvement communal indépendant (MCI), n'avait pas déposé de liste.

    Le désistement de la formation qui détenait la présidence depuis seize ans a donc ouvert la voie à l'élection de quatre PLR et de trois PDC, dont deux restent à désigner. En revanche, l'UDC échoue à entrer à l'exécutif.

    La démocrate-chrétienne Florence Carron-Darbellay (épouse du candidat au conseil d'Etat valaisan Christophe Darbellay) est la candidate la mieux élue.

  • Résultats à la criée à Hérémence

    Une des dernières communes à user de ce type d'annonce

    Le PDC y a perdu un siège au profit de l'UDC.

  • Abstentionnisme critiqué

    Faibles taux de participation

    Des électeurs ont fait part de leur déception au vu de la faible participation dans certaines communes. Le taux de participation est en effet en baisse dans les villes par rapport à 2012.

    En revanche, dans d'autres communes, à l'instar de Salvan, la mobilisation était élevée.

    Les citoyens des communes aux enjeux importants se sont aussi davantage rendus aux urnes, comme ceux de Crans-Montana (participation estimée à 70%) ou de Vex (79%).

  • Crans-Montana élit ses premières autorités

    L'UDC vise des sièges

    L'attention se porte notamment sur la nouvelle commune fusionnée de Crans-Montana, qui comptera plus de 10'000 habitants et deviendra ainsi la deuxième ville du district de Sierre. Elle doit donc élire ses premières autorités.


    L'UDC, qui nourrit de grandes ambitions pour ces communales, espère notamment y faire son entrée, ainsi qu'à Martigny et à Monthey.

     

    >> Le point sur place avec Marie Giovanola:

    Dans un premier temps, les citoyens éliront les membres des exécutifs. Puis dimanche 11 novembre 2012, ils se prononceront sur leurs présidents et vice-présidents.
    Jean-Christophe Bott -
    Le 12h30 - Publié le 16 octobre 2016

  • Trois élections tacites côté romand

    Veysonnaz, Charrat et Bourg-Saint-Pierre ont leurs élus

    Dans le Valais romand, les citoyens de trois communes n'ont pas eu besoin de se rendre aux urnes et les candidats ont été élus tacitement.

    A Veysonnaz, une seule liste à cinq avait été déposée par le PDC, avec quatre sortants et un nouveau venu. Le président Patrick Lathion garde son poste. A noter que les membres de ce conseil municipal affichent une moyenne d'âge de 35 ans.

    A Charrat, où l'enjeu principal de la législature à venir sera une potentielle fusion avec Martigny, trois PLR et deux PDC ont été élus tacitement via leur liste "Entente communale".

    A Bourg-Saint-Pierre, dans le district d'Entremont, les cinq PLR présents sur l'unique liste déposée ont été élus sans scrutin.  

  • Le PLR défend ses sièges face au PDC

    Enjeux présidentiels

    Les libéraux-radicaux ont beaucoup à défendre et donc potentiellement beaucoup à perdre dans ces élections communales.

    Après la perte de leur siège au gouvernement au profit de l'UDC en 2013, ils doivent se battre pour conserver les présidences de trois des principales villes du Valais romand: Sion, Sierre et Martigny. La bataille se livrera principalement avec le PDC.

    A Sion, bastion historiquement PDC dont le PLR détient les clés depuis 8 ans, le parti compte sur l'encaveur Philippe Varone pour succéder au président Marcel Maurer.

    A Sierre, le PLR mise sur le directeur de l'EPFL Valais Marc-André Berclaz pour conserver les acquis. On s'attend à une bataille à trois avec le PS et le PDC.

    A Martigny, Anne-Laure Couchepin Vouilloz, fille de l'ancien conseiller fédéral, aura fort à faire face au PDC Benoît Bender qui entend bien être le premier président non-PLR de la cité octodurienne.

    L'élection des présidents aura lieu le 13 novembre.

    >> Le point sur les enjeux: A quelques heures du dépôt des listes, les enjeux des communales en Valais

  • Les femmes encore sous-représentées

    Un tiers de candidates

    Sur les 617 candidats, 162 sont des femmes, soit un peu plus de 26%. Mais sur les cinq présidentes de commune en poste, seules deux briguent un nouveau mandat: la conseillère nationale Géraldine Marchand-Balet (PDC) à Grimisuat et Muriel Favre-Torelloz (PDC) à Vérossaz.

    Or, si le Valais risque de perdre trois présidentes, la PLR Anne-Laure Couchepin Vouilloz serait en bonne voie pour prendre les rennes de la ville de Martigny.

    Le taux de candidates est dans la moyenne valaisanne et a même évolué depuis 2012 (23,4%). Interrogée par Le Nouvelliste, Isabelle Darbellay Métrailler, responsable de l'Office cantonal de l'égalité et de la famille, dit viser les 25% de femmes élues, ce qui se rapprocherait de la moyenne suisse (26%).

  • Désaccords à gauche

    L'alliance désunie, dissensions au PS

    Le Parti socialiste vit une période difficile, avec la perte d'un fauteuil au Conseil national et de fortes dissensions internes en vue des élections cantonales de mars prochain.

    Des désaccord existent aussi au sein de l'alliance de gauche, qui part désunie dans certaines communes, notamment à Sion, où Verts et PS ne sont une nouvelle fois pas parvenus à s'entendre.

    Le PS affiche pourtant ses ambitions en visant une progression de 10%, soit le gain de 3 sièges.