Modifié

Dix ans de prison requis contre l'ex-policier valaisan pour pédophilie

L'accusé, qui comparaît devant le Tribunal de district de Sion, risque 15 ans de prison. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Ex-policier et entraîneur valaisan jugé à Sion pour pédophilie / Audio de l'info / 1 min. / le 21 mars 2016
Un ex-policier et entraîneur de football valaisan comparaît devant le Tribunal du district de Sion. Il répond de plusieurs crimes commis sur des enfants et de pédopornographie. Le Ministère public a requis 10 ans de prison.

Au terme de trois ans d'enquête, l'homme a été renvoyé devant la justice pour actes d'ordre sexuel avec des enfants, contrainte sexuelle, actes d'ordre sexuels commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance, abus de détresse et pornographie. Il est aussi accusé d'avoir téléchargé sur internet, détenu et consommé de la pornographie mettant en scène des enfants.

L'audience devant le Tribunal de Sion se déroule lundi et mardi à huis clos partiel, une disposition prise afin de préserver les victimes. A l'ouverture de ce procès, le procureur général valaisan a requis 10 ans de prison contre l'accusé. Le Ministère public n'a pas demandé d'internement mais un suivi psycho-thérapeutique ambulatoire pour réduire le risque de récidive. Il a en revanche requis une interdiction à vie de toute activité professionnelle ou extra-professionnelle en relation avec des enfants.

Des enfants en état de fragilité

L'affaire avait éclaté en 2013. Les délits reprochés au prévenu se sont déroulés à son domicile entre 1996 et 2012. L'homme avait porté son dévolu sur 18 garçons de 7 à 15 ans au moment des faits. Il s'agit d'enfants qui lui avaient été confiés et dont la situation personnelle et familiale était fragile.

L'homme avait tissé des liens de confiance avec eux et leurs parents. Il avait ainsi obtenu qu'ils dorment chez lui parce qu'il était leur parrain de confirmation, de coeur ou de substitution, leur famille d'accueil ou encore leur entraîneur de football.

Ni pression physique ni menaces sur les victimes

Selon l'acte d'accusation, l'ex-policier municipal sédunois n'a pas usé de violence physique ou de menace pour obtenir des enfants - qui lui vouaient une affection particulière - qu'ils gardent le silence sur ses comportements.

En détention provisoire depuis le 25 janvier 2013, l'accusé avait déjà été inquiété par la justice en 2004 dans le cadre d'une enquête fédérale visant à démasquer des pédophiles sévissant sur internet. A l'époque, il avait bénéficié d'un non-lieu.

Yves Terrani/oang

Publié Modifié

Les avocats des victimes insistent sur la souffrance des enfants

Les avocats des victimes ont mis en évidence la souffrance de leurs clients lors du procès de l'ex-policier pédophile. Plusieurs ont demandé une mesure d'internement.

"Mon client a été dépecé de son innocence, de son âme, de son être", a déclaré l'un des avocats. Le prévenu a abusé sexuellement à de multiples reprises d'au moins 18 garçons de 7 à 15 ans. "Il a commis ces abjections durant 16 ans".