Modifié le 04 juin 2015 à 10:36

Une exposition sur l'homophobie peine à séduire en Valais

La pride prône la liberté et l'égalité pour toutes les orientations sexuelles.
Une exposition sur l'homophobie interdite à Fully Les matinales d'Espace 2 / 6 min. / le 03 juin 2015
L'exposition "Face à l'homophobie" proposée par l'association Les Indociles n'aura finalement pas lieu à Fully. La commune s'ajoute à la liste des 14 autres refus essuyés par les organisatrices.

Sur les 22 demandes faites à diverses entités valaisannes, 15 réponses se sont avérées négatives. La commune de Fully avait accepté le principe mais voulait pouvoir juger sur pièce. Ce sera finalement non.

La commune "veut protéger les enfants et les familles qui lisent ces textes et voient ces photos ou les films, dont un qui commence par dire qu'il faut avertir les personnes sensibles", explique Emmanuel Bender.

Et le conseiller communal en charge des Sports et de la Culture d'ajouter:"Quand il s'agit d'un lieu privé, il n'y a pas de souci, mais nous sommes dans une administration communale, il s'agit d'un lieu public." (ndlr: l'exposition devait avoir lieu au Centre socio-culturel de la commune)

Interrogé dans les Matinales d’Espace 2, il n’a pas souhaité citer un exemple de texte ou d’image susceptibles de heurter la sensibilité des enfants, mais il encourage le public d’aller à découvrir l’exposition pour se faire une opinion.    

Le refus comme processus artistique

L’association Les Indociles, créée par cinq femmes valaisannes, souhaite placer les questions d’homosexualité et d’homophobie sur la place publique grâce à cette exposition de photos et de textes, à des projections de films ou des lectures dans des bars.

Elle aura finalement lieu dès samedi au château de Monthey. Les organisatrices ont d'ores et déjà annoncé que les diverses lettres de refus qu'elles avaient reçues auraient leur place dans l'exposition. En effet, elles seront affichées aux côtés des photos et autres textes.

Miruna Coca-Cozma/tsa

Publié le 03 juin 2015 à 14:28 - Modifié le 04 juin 2015 à 10:36

Gay Pride en Valais

Cette exposition s'inscrit en amont de la Gay Pride. En effet, après 14 ans d'absence, elle revient en Valais. En 2001, lors de la dernière édition, le sujet déchaînait les passions. L’évêque valaisan de l’époque considérait que « la Pride est l’œuvre du Diable ».

Contexte agité

L’homosexualité, un sujet d'autant plus sensible en Valais suite aux propos de l’évêque de Sion qui, dans un entretien accordé au Nouvelliste il disait sa conviction selon laquelle «l'homosexualité peut être guérie». Il était ensuite revenu sur ses déclarations en expliquant s'être mal exprimé. Ces déclarations avaient occasionné de vives réactions.