Modifié

La raffinerie Tamoil de Collombey-Muraz (VS) interrompt ses activités

VS: la raffinerie Tamoil de Collombey-Muraz va fermer [RTS]
VS: la raffinerie Tamoil de Collombey-Muraz va fermer / 19h30 / 1 min. / le 13 janvier 2015
La raffinerie Tamoil de Collombey-Muraz (VS) va interrompre ses activités, a annoncé l'entreprise mardi. Une fermeture n'est pas exclue et 220 des 238 collaborateurs pourraient perdre leur emploi.

Confronté à un marché difficile, la raffinerie Tamoil de Collombey, en Valais, va interrompre ses activités à la fin du mois de mars, a révélé mardi le quotidien Le Nouvelliste. Le groupe ne parle pas de fermeture définitive, mais cette issue n'est pas exclue.

Dans l'immédiat, 220 personnes pourraient perdre leur emploi, car seuls 10 à 15 collaborateurs devraient rester en poste pour assurer la maintenance du site en vue d'un éventuel rachat ou redémarrage.

"Pire qu'une fermeture"

Les employés, mais aussi le Conseil d’Etat valaisan et les autorités communales de Collombey-Muraz ont été avertis mardi après-midi. Cité par Rhône FM, le président de Collombey-Muraz ne cache pas son pessimisme: "c'est pire qu'une fermeture. On perd des emplois et on hérite d'une jachère industrielle".

Un plan social va être discuté par les syndicats et la direction de l'entreprise. Le groupe maintiendra ses activités dans le commerce de détail. Son réseau de 300 stations-service n'est pas concerné.

Pour rappel, la raffinerie s'est souvent retrouvé ces dernières années dans le collimateur des cantons de Vaud et du Valais en raison de problèmes liés à l'environnement.

cab

Publié Modifié

Entreprise en difficulté

L'augmentation des importations de produits pétroliers raffinés a mis sous pression le marché suisse et européen du raffinage ces dernières années, explique Tamoil.

S'y sont ajoutés la baisse de la demande de carburant et l'augmentation des coûts. La raffinerie a enregistré des pertes importantes.

La raffinerie de Collombey produit 55'000 barils par jour.

Depuis 2000, Tamoil a investi 700 millions de francs dans la raffinerie pour améliorer sa compétitivité.

"Malgré ces efforts, nous considérons que la poursuite des opérations de raffinage à Collombey n'est pas viable pour le moment", écrit l'entreprise.

Délai pour un redémarrage

Du côté de l'Etat du Valais, en accord avec la commune de Collombey-Muraz, on entend fixer à Tamoil un délai à 5 ans pour un éventuel redémarrage.

"Nous ne voulons pas être bloqués dans nos possibilités de revitalliser ou de réaffecter les surfaces, voire dans la possibilité d'y implanter de nouvelles entreprises", a indiqué Jean-Michel Cina, conseiller d'Etat valaisan chargé de l'économie, à la RTS.

Le recours au chômage partiel est privilégié par le Conseil d'Etat.