Modifié le 06 novembre 2014 à 19:21

L'artiste valaisan Valentin Carron accusé de plagiat

A gauche, la sculpture "The Dawn", de Valentin Carron (2014), et à droite, "Aube", de Francesco Marino Di Teana (1977).
L'artiste valaisan Valentin Carron accusé de plagiat Le Journal du matin / 1 min. / le 06 novembre 2014
L'artiste valaisan Valentin Carron est accusé de plagiat pour sa sculpture "The Dawn", copie apparemment conforme d'une oeuvre de Francesco di Teana, datant de 1977 et exposée à Neuchâtel.

L'artiste valaisan Valentin Carron est accusé de plagiat. En cause, l'une de ses sculptures exposée récemment au Grand Palais à Paris et également à Zurich. Un galeriste parisien, dans une lettre ouverte, et le fils de l'auteur de l'oeuvre originale crient au scandale.

Valentin Carron.
Valentin Carron. [Laurent Gilliéron - ]
La sculpture réalisée par Valentin Carron s'intitule "The Dawn", l'aube en français. Elle a été inspirée par une oeuvre visible à Neuchâtel, nommée "Aube", et créée en 1977 par Francesco Marino Di Teana, artiste d'origine italienne, décédé en 2012.

"Copie conforme"

Dans une lettre ouverte, Jean-François Roudillon, directeur d'une galerie de Paris et du catalogue raisonné de Di Teana, dénonce un moulage copie-conforme, du "plagiat à l'état pur".

Le fils de l'artiste, Nicolas Marino Di Teana, va saisir la justice. "La copie est tellement conforme que ça en devient un faux", s'insurge-t-il.

Lire: Plusieurs personnalités défendent Valentin Carron, accusé de plagiat

Marie Giovanola/kkub

Publié le 06 novembre 2014 à 07:48 - Modifié le 06 novembre 2014 à 19:21

"De l'appropriation", pour Valentin Carron

Contacté par la RTS, Valentin Carron explique qu'il a voulu reproduire l'émotion procurée par cette oeuvre lorsqu'il l'a découverte à Neuchâtel. Il s'agit selon le trentenaire d'un hommage, d'une copie pour la préservation.

Il nie avoir produit un faux. Pour le Valaisan, qui a représenté la Suisse à la Biennale d'art de Venise l'an dernier, cette méthode de travail se nomme de "l'appropriation".