Modifié

Plus d'un tiers des élèves valaisans victimes de harcèlement

Intégrer les élèves en difficulté dans les classes ordinaires, une idée nouvelle qui fait son chemin en Suisse romande. [Chlorophylle - Fotolia]
Intégrer les élèves en difficulté dans les classes ordinaires, une idée nouvelle qui fait son chemin en Suisse romande. [Chlorophylle - Fotolia]
Plus d'un tiers des écoliers valaisans entre 10 et 13 ans sont régulièrement victimes de harcèlement. Des violences verbales, physiques ou sexuelles exercées par des camarades.

Le nombre d'élèves valaisans sévèrement harcelés est très préoccupant, jugent les auteurs d'une étude de l'Institut universitaire Kurt Bösch (IUKB) et la Haute école pédagogique du Valais (HEPVS).  Pas moins de 12,8% des élèves entre 10 et 13 ans observés ont subi "souvent à très souvent" des insultes et 12,3% sont fréquemment victimes de moqueries à l'école. 7,2% subissent des bousculades à répétition et 5,9% se bagarrent fréquemment à l'école.


L'étude relève aussi que 6,9% des élèves ont subi un baiser forcé depuis le début de l'année scolaire en cours, 5,3% sont victimes de vols d'objets personnels de manière répétée et 3,2% sont concernés par des insultes ou moqueries sur internet. Les garçons sont le plus souvent à la fois harceleurs et victimes. Mais "les filles ne sont de loin pas en reste", souligne l'étude. Les classes à degrés multiples semblent jouer un rôle protecteur. L'étude a été réalisée auprès de plus de 4000 élèves valaisans francophones et germanophones de 5e et 6e primaire.


Prévention renforcée

Les auteurs de l'étude préconisent un renforcement de la prévention de la part des autorités scolaires du Valais et de Suisse romande. Il faudrait selon eux "mieux sécuriser le chemin de l'école", temps de "grande vulnérabilité" pour les jeunes victimes.


Certaines données ont pu être mises en rapport avec les résultats d'une recherche nationale menée en France auprès de 12'000 enfants du même âge. Par rapport à l'échantillon français, les petits Valaisans sont deux fois moins exposés au risque d'être harcelés, notamment verbalement, physiquement et sexuellement.



ats/cab


Publié Modifié