Modifié

La présence d'un chanoine pédophile lors d'une messe crée un malaise en Valais

Un chanoine ayant admis avoir été l'auteur d’actes pédocriminels a activement participé à une messe le mois dernier au Châble (VS). [RTS]
Polémique en Valais en raison de la présence d’un chanoine pédophile à une messe / Le 12h30 / 2 min. / le 7 septembre 2022
Un chanoine ayant admis avoir été l'auteur d’actes pédocriminels a activement participé à une messe le mois dernier au Châble (VS), un faux pas qui génère un grand malaise. L'évêque de Sion Jean-Marie Lovey a présenté ses excuses.

Aujourd'hui retraité, ce chanoine de la Congrégation du Grand-Saint-Bernard a participé, fin août, à l'ordination d’un jeune collègue en présence de l'évêque du diocèse de Sion Jean-Marie Lovey et du prévôt de la congrégation Jean-Michel Girard. Or, il n'était pas censé le faire et ses deux supérieurs ne sont pas intervenus, révélait mardi Le Nouvelliste.

Car l'intéressé a avoué en avril avoir abusé d'un enfant de 12 ans dans les années 1980 au collège Champittet à Pully (VD). La victime en a informé récemment l'évêque de Sion. Une procédure auprès de la justice ecclésiale est en cours et, dans l’attente d'un jugement, une assignation au sein de sa communauté locale lui a été commandée. Cette décision a été validée par le Saint-Siège.

>> Lire à ce sujet: Dénonciation pénale déposée contre un chanoine en Valais pour abus sexuels

>> Voir aussi les précisions du 19h30:

Mea culpa de l'évêque de Sion pour avoir laissé un chanoine, auteur d'actes pédocriminels, participer à une ordination. [RTS]
Mea culpa de l'évêque de Sion pour avoir laissé un chanoine, auteur d'actes pédocriminels, participer à une ordination. / 19h30 / 2 min. / le 7 septembre 2022

Les excuses de l'évêque

Dans le 19h30, Monseigneur Lovey a fait son mea culpa: "Je suis malheureux, triste et honteux d’avoir rajouté de la souffrance à la blessure de la victime. C’est un sentiment de demande de pardon. Une fois la célébration débutée, il est très compliqué d’intervenir. Mais avant la cérémonie, il aurait fallu réagir, évidemment."

Le chef de l’église valaisanne s’engage en effet à éditer des recommandations sur la gestion de ce genre de situation. Il s’engage à prendre des mesures pour que le chanoine en question n’exerce plus d’activité ecclésiale. Monseigneur Lovey n’entend en revanche pas donner sa démission, estimant qu’il est un être humain comme les autres avec quelques petites grandeurs et quelques grandes faiblesses. "Ma situation est celle de quelqu’un qui a fait une faute. Est-ce que c’est à moi de compenser ou de rétablir? Je ne crois pas."

Jean-Marie Lovey décrit son lien avec le chanoine comme un frère de communauté qu’il connaît depuis plusieurs décennies. Les deux hommes enseignaient à Champittet. "J’ai été atterré lors de la révélation de ses actes", a-t-il confié.

>> Les explications de Jean-Marie Lovey:

L'évêque de Sion s'explique après la participation d'un chanoine pédophile à une messe en Valais [RTS]
L'évêque de Sion s'explique après la participation d'un chanoine pédophile à une messe en Valais / L'actu en vidéo / 6 min. / le 8 septembre 2022

Dans un communiqué diffusé mardi soir, le prévôt Jean-Michel Girard "s'excuse" également de ne pas avoir demandé au chanoine de partir. "La situation a généré un grand malaise et porte atteinte aux victimes d’abus des membres de l'Eglise ainsi qu’à l’ensemble des fidèles", écrit la Congrégation.

"Atmosphère sereine"

Si la victime du chanoine pédophile  "croit volontiers" que les deux responsables religieux se sont "retrouvés devant le fait accompli dans cette église", elle ne comprend pas qu'ils n'aient "pas réagi". "Quand vous avez des fonctions comme ça, il faut réagir", estime-t-elle.

"L'autre chose qui me met hors de moi, c'est de me dire que mon agresseur a cru bon de faire partie de cette cérémonie. Ça veut dire que lui n'a pas réalisé les actes qu'il a commis. C'est ce que j'ai écrit à Mgr [Lovey], ça démontre bien que mon agresseur vit dans une atmosphère assez sereine, où il n'y a pas de sanctions autour de lui", déplore-t-elle.

L'affaire est prescrite pour la justice pénale, mais pas pour la justice ecclésiale.

Mercredi soir, Monseigneur Lovey ne pouvait pas dire s’il existe encore des cas non-révélés de prêtes enseignants en Suisse romande. "Si jamais il y avait des victimes de prêtres qui auraient abusé de ces façons-là, j’espère que ces victimes puissent se manifester. C’est comme cela qu’on pourra petit à petit alléger le poids de la vie de ces gens."

Romain Carrupt/Flore Dussey/jop

Publié Modifié