Modifié

Gros projet d'installation photovoltaïque en vue à Gondo (VS)

Un projet de centrale solaire sur un alpage valaisan fâche les organisations écologistes [RTS]
Un projet de centrale solaire sur un alpage valaisan fâche les organisations écologistes / 19h30 / 2 min. / le 10 février 2022
La commune de Gondo-Zwischbergen, le gestionnaire du réseau local Energie Electrique du Simplon (EES) et un privé projettent de créer "une installation photovoltaïque dans les Alpes valaisannes". Coût du projet baptisé Gondosolar: 42 millions de francs.

Cette installation est prévue au-dessus de la commune de Gondo à plus de 2000 mètres d'altitude sur 100'000 mètres carrés d'alpage, indique lundi dans un communiqué Alpiq, l'actionnaire principale d'EES et chargée de la direction de Gondosolar. Grâce à une production estimée de 23,3 millions de kilowattheures par an, le projet pourrait couvrir la consommation annuelle moyenne d'au moins 5200 ménages.

4500 éléments

Devisée à 42 millions de francs, cette installation est "faisable sur le plan écologique et technique, et également sur le plan économique, à condition que le Parlement fédéral mette en vigueur le modèle d'encouragement et que Gondosolar reçoive le pourcentage de soutien maximal de 60%", détaille Alpiq. Au total, 4500 éléments solaires bifaciaux, c'est-à-dire avec des modules photovoltaïques actifs des deux côtés, devraient être installés.

Grâce à sa situation en altitude, Gondosolar permettrait de produire nettement plus d'électricité que ne le ferait un site en plaine, estime encore Alpiq, car "la réflexion de la lumière du soleil par la neige augmente la production et les basses températures améliorent les conditions d'exploitation". Par ailleurs, sur les 23,3 millions de kilowattheures, plus de la moitié serait produite en hiver.

Trop tôt pour se prononcer

Contacté, le canton confirme avoir été approché par les initiateurs du projet. Gondosolar a "un intérêt énergétique, dans la mesure où il pourrait permettre de produire l'équivalent de nombreux autres projets sur des toitures de bâtiments", note Joël Fournier, chef du service valaisan de l'énergie et des forces hydrauliques.

Aucun dossier en vue d'une inscription du projet dans le plan directeur cantonal n'a toutefois encore été déposé. Il est donc encore trop tôt pour que le canton se prononce.

ats/lan

Publié Modifié