Modifié

Le Valais veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre

L'autoroute A9 en Valais. [Laurent Gillieron - Keystone]
Le Valais compte réduire drastiquement ses émissions de gaz à effet de serre / Le 12h30 / 2 min. / le 15 juin 2021
Le Valais a présenté ce mardi matin son bilan des gaz à effet de serre. Résultat: le canton rejette 5 millions de tonnes de CO2 par an, soit 16 tonnes par habitant. S'il se place dans la moyenne nationale, le Valais souhaite revoir son profil carbone marqué par la présence de grosses industries sur son territoire.

Dans ce tout premier bilan carbone pour le Valais, un chiffre frappe. L’usine Lonza à Viège rejette 10% des gaz à effet de serre du canton. Les données relevées en 2019 révèlent ainsi la présence de CO2, mais aussi d’autres gaz comme le protoxyde d’azote, ou le gaz hilarant.

"On doit agir"

Le Valais industriel pèse lourd dans ce bilan, comme le relève Christel Dischinger, cheffe de projet auprès de la fondation pour le développement durable des régions de montagne (FDDM). "On voit que les industries ont un grand rôle à jouer, notamment sur ces émissions fugitives, comme le gaz hilarant, qui viennent d'être perçues, on ne savait pas qu'elles existaient. Maintenant qu'on les connaît, on doit agir là-dessus", souligne-t-elle dans le 12h30.

A la question de savoir comment Lonza et le canton vont maintenant agir pour résoudre le problème, Christel Dischinger répond qu'à sa connaissance des solutions sont en train d'être cherchées, "notamment avec des filtres qui permettent de capter ces émissions de gaz à effet de serre comme le protoxyde d’azote".

>> Lire aussi: Lonza investit encore à Viège (VS) et va créer 300 emplois

Agir aussi sur le secteur de l'énergie

Carburants, combustibles pour chauffer les bâtiments, électricité: une des solutions serait d'agir aussi dans le secteur le plus polluant, celui de l’énergie. Car comme l'indique Roberto Schmidt, conseiller d’Etat et tout nouveau chef de la délégation à l’énergie et à la durabilité, la population a rejeté la loi CO2 mais les risques liés aux changements climatiques sont encore là.

"Le recul des glaciers pose beaucoup de problème surtout pour la gestion de l'eau dans l'avenir. On a aussi beaucoup plus de problèmes avec les dangers naturels, les inondations, les éboulements, les crues", explique-t-il, ajoutant qu'il est urgent de faire quelque chose. "C'est ça notre message politique, il faut agir aujourd'hui."

Avec ce bilan carbone, le Valais pose les jalons pour son plan climat. S'il souhaite réduire les émissions de manière drastique pour atteindre la neutralité carbone, le canton n’a pas fixé d’échéance pour l’instant.

Claudine Gaillard Torrent/fgn

Publié Modifié