Publié

Les 5-17 ans vont avoir leur mot à dire sur la nouvelle Constitution valaisanne

Le Valais veut donner la parole aux jeunes pour réviser sa Constitution. [Juerg Mueller - KEYSTONE]
Le Valais donne la parole aux jeunes pour la révision de sa Constitution. / La Matinale / 1 min. / le 23 décembre 2020
Depuis plusieurs mois, le canton du Valais et ses Hautes écoles récoltent les témoignages d'enfants de 5 à 17 ans. L'objectif est de tenir compte de leur avis dans le cadre de la révision de la Constitution cantonale, une première en Suisse.

Moins de plastique, un accès équitable à la santé et des cours plus pratiques à l'école, voici quelques une des préoccupations soulevées par les jeunes Valaisannes et Valaisans. La famille, la santé et l'environnement sont les trois thèmes qui ressortent le plus souvent chez eux.

Septante rencontres se sont déroulées entre septembre et novembre, dans le cadre scolaire, mais aussi dans des centres de loisirs et des institutions. Plus de 1000 témoignages ont été récoltés. Tous ces avis ont été synthétisés dans un document d'une trentaine de pages, envoyé au Secrétariat de la Constituante.

"Un apprentissage fort de la citoyenneté"

Pour la directrice de la Haute école de travail social valaisanne Nicole Langenegger Roux, cette démarche est non seulement historique, mais aussi très formatrice pour les jeunes concernés: "La Constitution révisée sera utilisée certainement une centaine d'années, comme l'a été l'ancienne. Pour eux, c'est extrêmement intéressant de pouvoir y participer, comprendre comment fonctionne un Etat démocratique et comment on peut exercer ses droits", a estimé dans La Matinale de la RTS mercredi celle qui est aussi la présidente du comité de pilotage de ce projet de Constituante des enfants.

"C'est aussi un apprentissage extrêmement fort de la citoyenneté; on n'est pas en train d'apprendre une théorie. C'est une manière d'apprendre ses responsabilités et de développer le pouvoir d'agir", poursuit Nicole Langenegger Roux.

Une impulsion aux travaux de la Constituante

Pour la présidente du comité de pilotage, les préoccupations des enfants et des adolescents vont donner une impulsion aux travaux menés par les différentes commissions de la Constituante ‒ de quoi apporter un peu de fraîcheur aux institutions du pays.

Sujet radio: Sarah Clément
Adaptation web: Vincent Cherpillod

Publié