Modifié le 10 janvier 2020 à 07:59

Une page A4 pour expliquer les enjeux de l'initiative logements abordables

Vingt citoyens valaisans ont été mobilisés dans le projet demoscan.
Vingt Valaisans tirés au sort ont décortiqué l'initiative sur les logements Le 12h30 / 1 min. / le 09 janvier 2020
Vingt citoyens tirés au sort à Sion se sont penchés sur l'initiative fédérale "Davantage de logements abordables" soumise au peuple le 9 février. Leur présentation du scrutin va être envoyée à la population du chef-lieu valaisan en début de semaine prochaine.

Leur document tient sur une page A4. Au recto figure un résumé des enjeux en huit points, tandis que le verso est consacré aux arguments en faveur et en défaveur de l'initiative.

Le document sera distribué par courrier à tous les citoyens sédunois en début de semaine prochaine. Soit à quelque 21'000 personnes , a indiqué jeudi lors d'une conférence de presse Nenad Stojanovic, professeur FNS de science politique à l'Université de Genève, en charge du projet pilote demoscan.

Les vingt citoyens tirés au sort ont consacré deux week-ends à l'étude des différents aspects politiques, sociaux et économiques de l'initiative "Davantage de logements abordables". Les deux premières journées étaient dédiées à l'audition d'experts, d'initiants et d'opposants au texte, les deux dernières aux débats et à la rédaction du rapport.

Jeudi matin, trois panélistes sont venus dire aux journalistes le plaisir qu'ils ont eu à participer au projet demoscan. "Ce fut une merveilleuse aventure humaine, riche en apprentissage, a relevé Vera Banjas.
"Nous avons appris beaucoup de choses sur le processus démocratique", a complété Isamël Grosjean.

"Vue synthétique et équilibrée"

"Contrairement aux arguments exposés dans les médias qui font souvent état de positions partisanes, notre rapport permet d'avoir une vue synthétique et équilibrée en présentant les conséquences liées à l'acceptation de cette initiative et en démontrant la pertinence des arguments sélectionnés", a-t-il poursuivi. Selon Werner Schneider, "l'expérience doit se multiplier et essaimer dans tout le pays".

Pour l'heure, l'étude continue sous la forme d'une enquête auprès d'un échantillon de 2500 citoyens tirés au sort. Il s'agira notamment de savoir si le rapport qu'ils ont reçu leur a paru compréhensible, utile et s'il a influencé leur participation à la votation et leur décision finale, a détaillé Nenad Stojanovic.

ats/nr

Publié le 09 janvier 2020 à 17:21 - Modifié le 10 janvier 2020 à 07:59