Modifié le 18 août 2019 à 20:48

La facture des recherches à Chamoson reviendrait aux familles des victimes

Les recherches des deux personnes disparues se poursuivent à Chamoson.
Le coût des recherches à Chamoson ne sera pas pris en charge par l'assurance Forum / 2 min. / le 17 août 2019
Après les intempéries à Chamoson (VS) et la question sécuritaire, c'est la prise en charge financière de la recherche des victimes qui fait réagir. Selon la loi sur l'assurance accident, leurs familles devraient payer une partie de ces coûts.

Une semaine après la lave torrentielle qui a emporté deux personnes à Chamoson, les équipes de recherches marquent une pause dimanche, mais elle se remettront au travail lundi, malgré des chances de survie "nulles", ont jugé les secours au lendemain du drame. Après le départ de l'Organisation cantonale valaisanne des secours, la commune a pris le relais, avec l'accord des familles.

Il s'agit de retrouver les corps mais aussi la voiture dans laquelle un homme de 37 ans et une petite fille de 6 ans ont été emportés. Une quarantaine de personnes sont à pied d'oeuvre avec des machines de chantier et un scanner qui repère les masses de fer sous les gravats.

>> Lire aussi: Chances de survie "nulles" pour l'homme et la fillette disparus à Chamoson

Selon la loi, la prise en charge des frais de recherches varie en fonction de l'état des victimes. Du moment que les disparus sont considérés comme décédés, l'assurance accident ne rembourse pas. Elle couvre en revanche les coûts de sauvetage, terme qui présuppose que les victimes sont encore en vie.

>> Lire aussi: Qui paie les frais de recherche de personnes décédées en montagne? 

Lancement de collectes de fonds

Le coût des recherches après la catastrophe de Chamoson se chiffre pour l’heure à près de 125'000 francs, soit environ 25'000 francs par jour, estime le président de l’exécutif communal Claude Crittin. Les autorités décideront comment répartir ces frais. Ces coûts englobent notamment la location des cinq machines de chantier ainsi que le personnel, et l’engagement de guides de montagne. En revanche, la police valaisanne et la Protection civile notamment ne facturent pas leurs interventions dans ce type d’événements.

Un élan de solidarité pourrait néanmoins changer la donne. Selon les informations de la RTS, le magazine L'Illustré va ouvrir un compte pour éviter aux familles ces charges financières. Une mesure exceptionnelle déjà prise il y a quelques années et qui avait permis de réunir quelque 200'000 francs pour une famille endeuillée. L'association suisse des risques naturels, qui regroupe des passionnés, pense elle aussi à lancer une cagnotte.

>> Voir aussi le sujet du 19h30 sur le phénomène des laves torrentielles:

Des scientifiques travaillent à percer le mystère des laves torrentielles. Reportage dans un labo à ciel ouvert.
19h30 - Publié le 18 août 2019

Martine Clerc/ani

Publié le 17 août 2019 à 19:45 - Modifié le 18 août 2019 à 20:48