Modifié

L'augmentation des abus de l'appellation protégée "bio" dénoncée

Les différents labels bio sont souvent usurpés en Suisse. [Gaetan Bally - Keystone]
Les différents labels bio sont souvent usurpés en Suisse / La Matinale / 1 min. / le 5 août 2019
Dans une lettre envoyée aux associations agricoles professionnelles et aux médias régionaux, BioValais dénonce une utilisation abusive des appellations protégées "bio", "biologique" ou "biodynamie".

La Suisse est le pays qui consomme le plus de produits biologiques par habitant. La médaille a toutefois un revers pour les professionnels de la branche, puisqu'elle s'accompagne aussi d'une utilisation abusive d'appellations très vendeuses, pourtant régies par le droit fédéral.

Dans sa lettre, BioValais rappelle donc que le terme bio et ses dérivés sont réservés aux denrées certifiées. Quant aux exploitations qui veulent se targuer d'être bio, il faut que l'ensemble du domaine réponde aux règles de la production biologique.

Jean-Yves Clavien, président de BioValais, souligne l'importance de la certification: "On doit se faire visiter par un organisme de certification, c'est une procédure assez contraignante", et indique qu'il n'est pas possible de vendre sa production en la qualifiant de bio simplement en n'utilisant pas de produits de synthèse pendant une année.

>> Ecouter l'interview de Jean-Yves Clavien, président de BioValais:

Un travailleur agricole récolte une salade bio. [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Jean-Yves Clavien, président de BioValais à propos de l’utilisation abusive des différents labels bio / La Matinale / 1 min. / le 5 août 2019

Publicité mensongères pas toujours aisée à détecter

Pour le consommateur, il reste difficile de déceler la publicité mensongère. L'association valaisanne rappelle donc l'existence du site internet easy-cert qui permet de rechercher et contrôler un produit, une ferme ou encore un vigneron. La plateforme contient même un registre d'une vingtaine d'entreprises ayant utilisé de faux certificats bio.

Julie Rausis/ebz

Publié Modifié