Modifié le 14 mai 2019 à 06:32

Le nombre de médecins a augmenté en Valais depuis 2014

Plus de medecins en Valais
Augmentation de médecins en Valais L'actu en vidéo / 1 min. / le 13 mai 2019
Qu'ils soient spécialistes ou de premier recours, les médecins sont plus nombreux sur l'ensemble du canton, plus jeunes aussi, et les femmes sont plus représentées, révèle une étude présentée lundi.

L'enquête a été réalisée par l'Observatoire valaisan de la santé (OVS) et fait suite à une première étude qui avait eu lieu en 2014. Le Département de la santé, des affaires sociales et de la culture du Valais l'avait commandée pour répondre à la crainte de la pénurie de médecins de premier recours, notamment dans les régions éloignées du Valais central.

Il en ressort qu'en 4 ans, le nombre de médecins est passé de 858 à 1037. La différence entre les régions s'est aussi estompée, à la faveur, notamment, du Bas-Valais. La densité de médecins de premiers recours est restée stable avec 0,8 équivalent plein temps pour 1000 habitants. C'est un peu en dessous de la moyenne suisse, qui était de 0,95 en 2018, comme l'illustre la FMH, Fédération des médecins suisses, dans son bulletin de la statistique médicale 2018.

Carte densité de médecins
Carte densité de médecins [FMH]

Plus jeunes et plus de femmes

Toujours dans la médecine de premier recours, l'âge médian se situait à 57 ans en 2014, il est actuellement à 52 ans. La part de femmes a également augmenté pour passer de 30% à 43%. Chez les médecins spécialistes, ces évolutions sont moins marquées. L'enquête montre encore que 44% des médecins valaisans pourraient recevoir un nouveau patient dans un délai de 5 jours.

Selon le Département de la santé, des affaires sociales et de la culture du Valais, les maisons de santé expliquent pour beaucoup cette hausse. En effet, ces cabinets qui regroupent plusieurs médecins leur permettent de partager les gardes et favorisent les temps partiels. Des critères qui séduisent les femmes et les nouvelles générations. 

Ces chiffres valaisans confirment la tendance exposée en avril dernier, par l'Association des jeunes médecins de premier recours suisses.

>> Lire: La relève des médecins généralistes est enclenchée, selon une enquête

>> Regarder le sujet du 19h30:

Les médecins généralistes sont en augmentation en Valais. La profession se féminise et rajeunit.
19h30 - Publié le 13 mai 2019

elca/Claudine Gaillard-Torrent

Publié le 13 mai 2019 à 17:40 - Modifié le 14 mai 2019 à 06:32

La Société Médicale du Valais tempère ces résultats

Malgré l'optimisme ambiant par rapport à la pénurie de médecins dans le canton, la Société Médicale du Valais s'inquiète. L'association précise que 36% des médecins souhaitent diminuer, voire arrêter leur activité dans 5 ans. L'enquête montre également que 66% des sondés estiment que l'offre en médecine de premier recours sera insuffisante dans 5 ans.

La Société Médicale du Valais indique qu'elle est en négociation avec les assureurs pour augmenter la valeur du point Tarmed en Valais. Ce canton possède le tarif horaire le plus bas de Suisse romande.

"Les jeunes médecins ont compris qu'il faut allier qualité et qualité de vie et d'environnement."

Pour Philippe Schaller, directeur du réseau Delta, interrogé dans le 19h30 "les jeunes médecins ont compris qu'il faut allier qualité et qualité de vie et d'environnement."

"Ils ne veulent pas en faire un peu moins , ils veulent faire différemment. Il y a une forme de modestie dans la nouvelle génération , elle préfère travailler en groupe. Pourtant le spectre de la pénurie persiste. On a encore besoin de jeunes médecins pour la relève."