Modifié le 05 février 2019 à 22:36

A l'internat de St-Maurice, le nombre de pensionnaires est tombé à vingt

Saint-Maurice (VS): Le célèbre internat menacé de disparaître. Il ne reste plus que 20 pensionnaires.
Saint-Maurice (VS): Le célèbre internat menacé de disparaître. Il ne reste plus que 20 pensionnaires. 19h30 / 2 min. / le 05 février 2019
Véritable institution en Suisse romande, le foyer-internat de St-Maurice, en Valais, accueillait plus de 270 étudiants à la semaine dans les années 60 et ils ne sont aujourd'hui plus que vingt à y résider. Au point que sa survie est menacée.

De longue date, on place ses enfants à St-Maurice pour leur enseigner la discipline et la rigueur d’apprentissage. En d'autres mots, l'institution a pour mission d'apporter aux élèves un terrain propice à l'apprentissage. Encadrés des ecclésiastiques - il n'en reste plus qu'un aujourd'hui - ils passent la semaine dans la grande bâtisse du Bas-Valais.

Certains n'ont pas eu le choix, mais la plupart s'adaptent. "Au début, je ne voyais pas cela d’une manière très positive, mais maintenant je suis très content, cela m’a permis d’avancer c’est une vraie école de vie", confie Arthur dimanche au micro du 19h30.

Ouvert à tous

Avec l'érosion progressive du nombre d'enfants accueillis, l'institution a dû s'adapter. Pour les pensionnaires, il n'est plus question de séjourner en dortoirs et ils profitent désormais de chambres privatives, où la décoration intérieure autorise de nouvelles icônes et plus seulement le crucifix. Pour les chanoines, il s'agit toujours d'imposer des règles, mais la relation est devenue plus interpersonnelle, si ce n'est plus familiale.

Et pour survivre, l’internat n’est plus uniquement lié aux élèves du collège de l’abbaye. Il s’est ouvert à tous les étudiants et apprentis, comme foyer de nuit. Si la doctrine religieuse reste un fil conducteur pour l’encadrement, elle s’est aussi adaptée aux pensionnaires non croyants.

Susciter un regain d'intérêt

Mais cette adaptation n'a pas encore sauvé l'internat et freiné l'érosion des pensionnaires, pour lesquels une année d’internat coûte 14'000 francs, nourri et logé. En levant le voile sur sa métamorphose l’institution souhaite maintenant s'ouvrir au plus grand nombre et espère susciter un regain d’intérêt.

>> Visite à l'internat de St-Maurice en 1969, dans les archives de la RTS:

Le réfectoire de l'internat du Collège de Saint-Maurice en 1969
Canal 18/25 - Publié le 13 mai 1969

Rafaël Poncioni/boi

Publié le 05 février 2019 à 22:17 - Modifié le 05 février 2019 à 22:36