Modifié le 18 décembre 2017 à 09:53

Malaise au PS neuchâtelois face au plan d’économies du Conseil d’Etat

La note interne du PS neuchâtelois avec, en arrière-fond, la ville de Neuchâtel.
Le Parti socialiste neuchâtelois en proie à un conflit de loyauté La Matinale / 2 min. / le 18 décembre 2017
Face aux mesures d'économies prévues par le Conseil d'Etat, le PS neuchâtelois est en proie à un conflit de loyauté avec, d'un côté, le soutien aux ministres socialistes et, de l'autre, la fidélité aux engagements du parti.

L'exécutif a dévoilé, au début du mois de décembre, un programme de législature assorti d'un plan financier rigoureux. Celui-ci contient une quarantaine de mesures d'économies, dont la majorité touche des thématiques chères à la gauche.

Or, depuis l'annonce du gouvernement, le Parti socialiste est resté silencieux. En effet, alors qu'il défend la formation, la solidarité, la santé et la culture, le PS ne s'est pas exprimé sur l'annonce de fermeture de la Haute école de Musique, ni sur la volonté d'augmenter le nombre d'élèves par classe, ni sur la colère des assistants sociaux face aux coupes dans les prestations.

>> Lire aussi: Fronde contre la hausse des effectifs dans les classes neuchâteloises

Le dilemme du PS

Ce silence inquiète jusqu'au sein même de la formation, dont certains membres ont menacé de claquer la porte. Car le parti se trouve face à un dilemme: soutenir ses trois conseillers d'Etat, majoritaires au gouvernement, ou rester fidèle à ses engagements. Le PS avait d’ailleurs voté l’année dernière une résolution pour s’opposer à l’austérité cantonale et beaucoup estiment aujourd’hui ne plus être en accord avec les propositions gouvernementales.

Ce dilemme a d'ailleurs fait débat lors du dernier comité cantonal, mercredi dernier. Le parti, qui avait d'abord prévu de communiquer publiquement son mécontentement, a décidé de se rétracter. Seule une note interne - que la RTS a pu consulter - a circulé entre les membres. Dans ce document, la direction appelle au calme et rappelle que la situation actuelle est tendue et qu'il faut tout faire pour éviter le drame.

Budget débattu au Grand Conseil

A noter que le programme de législature et le plan financier du Conseil d'Etat s'invitent dans le débat budgétaire, dont le deuxième volet se discutera mardi au Grand Conseil.

Ces discussions s'annoncent animées: la droite dénonce l'ampleur du déficit alors que la gauche s'alarme des coupes linéaires. La direction du PS promet de revenir sur le plan financier du canton en 2018, lors d'un Congrès.

Coraline Pauchard/hend

Publié le 18 décembre 2017 à 09:48 - Modifié le 18 décembre 2017 à 09:53