Modifié

Les 4 millions détournés par un fonctionnaire à Neuchâtel investis en Thaïlande

Intérieur du bâtiment du service des contributions de l'Etat de Neuchâtel, à La Chaux-de-Fonds. [Faessler architecte]
Les 4 millions volés par un fonctionnaire à Neuchâtel engloutis dans des investissements en Thaïlande / Le Journal du matin / 2 min. / le 23 février 2017
Les quatre millions de francs détournés par un employé du service neuchâtelois des contributions auraient servis à des investissements malheureux en Thaïlande, pays d'origine de son épouse, a appris la RTS jeudi.

Pourquoi ce fonctionnaire a-t-il détourné une telle somme? Selon le procureur général du canton de Neuchâtel Pierre Aubert, le mobile semble sentimental: "C'était le collaborateur de toute confiance qui avait trouvé une occasion de compléter ses revenus à un moment donné de sa vie où cela avait des incidences pour d'autres personnes que lui auxquelles il voulait s'attacher".

Le procureur n'entre pas dans les détails mais, selon la RTS, les quatre millions auraient été engloutis dans des investissements malheureux en Thaïlande, pays d'origine de l'épouse du prévenu. Il s'est rendu à la justice, presque soulagé de sortir de la spirale du mensonge envers son épouse à qui il racontait être riche alors qu'il ne l'était pas.

Trop de confiance

Dans son enquête sur cette affaire, ouverte il y a plus d'une année, Pierre Aubert pointe une certaine imprudence dans les services de l'Etat comme celui des contributions: "Dans des cantons comme Neuchâtel, on a une sorte de confiance naturelle les uns envers les autres, on prend des précautions un peu moindres, on utilise des mots de passe qui, peut-être à cette époque-là, ne changeaient pas assez souvent... C'est dans ce sens-là que certaines erreurs ont été commises", explique-t-il. Il a fallu ce climat de confiance pour que le voleur puisse opérer si facilement et si longtemps.

Dans des cantons comme Neuchâtel, on a une sorte de confiance naturelle les uns envers les autres et on prend des précautions un peu moindres

Pierre Aubert, procureur général du canton de Neuchâtel

Chargé des restitutions de tranches d'impôts perçues en trop, ce modeste employé de commerce, apprécié pour son ardeur à la tâche, effectuait deux virements: un au contribuable et un pour lui-même.

Ayant été associé au développement comptable et informatique de son service, il n'a pas eu trop de peine à  brouiller les pistes. Il a finalement été pincé de manière fortuite par une collègue plus curieuse que les autres.

Mesures correctives

Afin d'éviter de nouveaux abus, le canton prévoit un nouveau système de gestion, assure le conseiller d'Etat Laurent Kurth: "(Cet outil) devrait être mis en application en 2018 ou 2019".

Et le ministre en charge du Département de la santé et des finances de rappeler la vétusté des systèmes actuels qui ont facilité le détournement des quatre millions: "On travaille donc aujourd'hui avec d'anciens systèmes qui nécessitent beaucoup d'interventions humaines. C'est une faille évidente qu'on a pu combler avec quelques correctifs immédiats."

>> L'interview de Laurent Kurth:

Laurent Kurth, ministre neuchâtelois en charge du Département santé et finances. [Christian Brun - Keystone]Christian Brun - Keystone
Après l’affaire du détournement des 4 millions, Neuchâtel prévoit des mesures correctives / Le Journal du matin / 1 min. / le 23 février 2017

Ludovic Rocchi/hend

Publié Modifié

Peu d'espoir de retrouver l'argent en Thaïlande

Sur demande de l'Etat, le Parquet neuchâtelois doit tenter dans les mois à venir de récupérer ce qui peut l'être des 4 millions de francs dépensés essentiellement en Thaïlande. Selon nos informations, il ne reste pas grand-chose des investissements effectués par l'ex-fonctionnaire des impôts et son épouse dans des projets agricoles mal maîtrisés.

Sur place, dans la jungle thaïlandaise, subsisteraient trois bâtiments et une épicerie désaffectée, offertes par le prévenu à sa belle-famille. A La Chaux-de-Fonds, où il vivait avant sa préretraite prise en 2015, un appartement pourrait revenir à l'Etat. En prison préventive, il a accepté de reverser son deuxième pilier pour aider à modestement combler le trou.