Modifié

Les députés neuchâtelois toujours divisés sur la réforme hospitalière

Le projet vise à centraliser les soins aigus sur le site de Pourtalès à Neuchâtel. [Sandro Campardo - Keystone]
Le projet vise à centraliser les soins aigus sur le site de Pourtalès à Neuchâtel. [Sandro Campardo - Keystone]
Après des heures de débats houleux et l'échec d'une demande de renvoi en commission, les députés neuchâtelois ont pu entamer mardi la discussion sur le paquet ficelé par le Conseil d'Etat en matière de politique hospitalière.

Le seul point concret du dossier qu'ils ont pu boucler, sur le coup des 22 heures, est le projet de loi sur l'Hôpital neuchâtelois (HNE). Ce texte a été adopté par 88 voix contre 26 oppositions, issues principalement des partis de gauche.

C'est donc mercredi que le Parlement cantonal doit se pencher sur la réorganisation géographique, projet sur lequel la population devrait voter en février. Mais les députés devront d'abord examiner une série de décrets financiers (reprise de dette et cautionnements).

Question aiguë

Pour le gouvernement, le nouveau départ de HNE passe par une centralisation des soins aigus sur un seul site à Neuchâtel et la création d'un site de réadaptation dans les Montagnes neuchâteloises, dans un nouveau bâtiment à construire. S'y ajoutent trois policliniques en guise de portes d'entrée dans les régions: Montagnes, Neuchâtel, Val-de-Travers.

L'idée d'un rachat du site chaux-de-fonnier par l'entreprise Patrimonium et d'une collaboration avec l'Hôpital du Jura bernois, lancée lundi par les autorités du Haut du canton, était sur toutes les lèvres.

Tergiversations

"Le Grand Conseil va-t-il commettre une nouvelle reculade?" a tonné le conseiller d'Etat Laurent Kurth. Le projet communiqué la veille se résume à "une annonce qui promet de payer un bâtiment", s'est-il exclamé sous des applaudissements nourris. Au final, la demande de renvoi a été balayée.

"La population neuchâteloise en a assez des querelles. Elle attend que les calculs politiques cèdent la place à des solutions durables", a dit le conseiller d'Etat.

Partis divisés

Pour pacifier les débats, le Conseil d'Etat ne s'opposera à aucun des amendements proposés par la majorité de la commission parlementaire. Mais les groupes politiques sont divisés, notamment sur les dispositions financières, dont le refus pourrait faire capoter la réorganisation.

La majorité de l'UDC est pour le projet. Il n'est en revanche pas favorable au crédit de cautionnement de 240 millions pour les investissements futurs de HNE, jugé trop flou.

La majorité du PS est favorable au modèle proposé par le gouvernement. Mais le groupe a déposé un amendement, pour assurer que le nouveau bâtiment à La Chaux-de-Fonds soit lancé avant les travaux prévus sur le site de Neuchâtel.

Le groupe PLR votera lui aussi majoritairement pour la réorganisation sur le principe. Il insiste toutefois sur l'importance de prendre en compte les opportunités de travailler aussi en partenariat avec le secteur privé.

ats/gax

Publié Modifié