Modifié le 14 mars 2016 à 18:58

Nouvelle politique à Neuchâtel pour lutter contre la vente de cocaïne

Face à un phénomène qui touche notamment le centre-ville de Neuchâtel, la police a mis sur pied l’opération Narko en 2014.
Nouvelle politique criminelle anti-cocaïne à Neuchâtel Le 12h30 / 2 min. / le 14 mars 2016
Le canton de Neuchâtel a présenté lundi sa nouvelle politique criminelle mise en place avec l'opération Narko lancée il y a 2 ans pour lutter plus efficacement contre la vente de cocaïne dans la rue.

La pratique a montré la nécessité de renforcer la cohérence dans la chaîne pénale. Avec Narko, le canton a mis en place une approche pluridisciplinaire. Ainsi, le Ministère public, le service pénitentiaire, la police mais aussi le service des migrations travaillent ensemble pour lutter contre la vente de cocaïne dans la rue.

Au niveau des peines, la justice souhaite notifier rapidement la peine, comme l'a expliqué Pierre Aubert, procureur général du canton de Neuchâtel, dans le 12h30.

Pression maintenue

Pour que le signal soit encore plus clair, le service pénitentiaire s'est également joint à l'opération. Cinq cellules de détentions ont été mises en place à La Chaux-de-Fonds spécifiquement dans le cadre de Narko. Plus de 2200 journées de détention ont déjà été comptabilisées à ce jour.

Mais la consommation de cocaïne reste importante à Neuchâtel. La pression sera donc maintenue.

>> Les explications du Journal de 12h45 de lundi:

NE- Opération Narko: les précisions de Julien Guillaume
12h45 - Publié le 14 mars 2016

Romain Bardet/lan

Publié le 14 mars 2016 à 13:40 - Modifié le 14 mars 2016 à 18:58