Modifié le 16 novembre 2015 à 15:56

Un squelette neuchâtelois au coeur d'une avancée sur l'origine humaine

Le crâne de l’homme du Bichon, un chasseur de 20 ans tué par un ours dans une grotte du Jura neuchâtelois. Le fossile humain (Cro-magnon) le plus complet trouvé en Suisse. Laténium (Neuchâtel)
Le crâne de l’homme du Bichon, un chasseur tué par un ours dans une grotte du Jura neuchâtelois. [Charles Sigel - ]
Un squelette découvert dans la grotte du Bichon à La Chaux-de-Fonds offre de nouvelles indications sur les populations à l'origine des Européens actuels, a indiqué lundi l'Université de Neuchâtel.

La comparaison de l'ADN du squelette vieux de 13'700 ans avec des ossements trouvés dans le Caucase a permis de réaliser une avancée sur les origines des Européens.

"Cette étude suggère que 4 populations ancestrales sont à l'origine des Européens d'aujourd'hui", relève Werner Müller, archéozoologue à l'Université de Neuchâtel. Les chasseurs-cueilleurs du Caucase se sont séparés des chasseurs-cueilleurs de l'ouest du continent il y a près de 45'000 ans, a ajouté le professeur.

Les Caucasiens plus pâles que l'homme du Bichon

Des gènes révèlent en outre que les chasseurs-cueilleurs du Caucase présentaient un teint de peau plus clair que l'homme de la grotte du Bichon. Ils avaient tous en revanche les cheveux foncés et les yeux bruns.

L'homme de la grotte du Bichon fait partie de l'exposition permanente du Musée d'archéologie de Neuchâtel. La particularité de cette grotte était de contenir ces ossements humains mêlés à ceux d'un ours brun tué par une flèche en silex.

ats/tmun

Publié le 16 novembre 2015 à 15:38 - Modifié le 16 novembre 2015 à 15:56