Modifié

Le Conseil d'Etat neuchâtelois défend le contre-projet sur les éoliennes

Yvan Perrin ce mardi à la Montagne-de-Buttes (NE). [Sandro Campardo - Keystone]
De retour aux affaires, Yvan Perrin lance la campagne sur l'éolien / Forum / 6 min. / le 22 avril 2014
L'initiative "Avenir des crêtes" sur le développement des projets éoliens dans le canton de Neuchâtel n'a pas obtenu les faveurs du Conseil d'Etat qui recommande d'accepter le contre-projet.

Le gouvernement neuchâtelois recommande à la population de rejeter l'initiative "Avenir des crêtes" soumise au vote cantonal le 18 mai. Il défend le contre-projet du Grand Conseil, qui limite à cinq le nombre de sites éoliens sur le territoire.

Si l'initiative est acceptée, "on peut faire une croix sur le développement de l'éolien dans le canton", a déclaré mardi le conseiller d'Etat Yvan Perrin, en charge du développement territorial et de l'environnement.

Pause d'Yvan Perrin depuis le 5 mars

Le magistrat faisait son retour au gouvernement après une période de repos dans un établissement spécialisé pour cause de surmenage. Il n'a pas caché une certaine appréhension.

Le contre-projet fixe un maximum de cinq sites: Mont des Verrières/Montagne de Buttes (20 engins), Mont de Boveresse (18), Crêt-Meuron/Tête de Ran (7), Mont-Perreux/Le Gurnigel (10) et La Joux-du-Plâne (4). Ces sites pourraient totaliser jusqu'à 59 éoliennes

ats/moha

Publié Modifié

L'initiative en bref

Les initiants demandent que chaque projet de sites éoliens soit soumis au référendum populaire obligatoire.

Ils entendent ainsi préserver les crêtes du Jura neuchâtelois, en vertu du décret de 1966 qui protègent les sites naturels du canton.

Ils dénoncent le "gigantisme" consistant à implanter à travers le territoire des dizaines d'éoliennes de 150 à 200 mètres de haut.