Modifié

Le groupe Cartier ne s'installera pas aux Brenets mais au Locle

Le bâtiment actuel de Cartier à La Chaux-de-Fonds. [Christian Beutler - Keystone]
Le bâtiment actuel de Cartier à La Chaux-de-Fonds. [Christian Beutler - Keystone]
Le joaillier Cartier va finalement construire sa nouvelle usine sur la commune neuchâteloise du Locle et non sur sa voisine des Brenets. Les oppositions ont influencé ce choix, selon "L'Express".

La nouvelle usine du groupe de joaillerie Cartier sera finalement bâtie au Locle (NE), annoncent "L'Express" et "L'Impartial" samedi, citant une demande de permis de construire publiée dans la Feuille officielle. Quelque 400 emplois y seront créés.

Après un vote positif des citoyens des Brenets en 2012 pour le dézonage d'une parcelle, il semblait pourtant que le choix allait se diriger vers cette commune voisine du Locle.

Trop d'oppositions

Le groupe genevois Richemont, propriétaire de Cartier, précise dans un communiqué avoir étudié plusieurs possibilités et avoir finalement choisi Le Locle pour déménager son site actuel de La Chaux-de-Fonds.

Il se pourrait que les nombreuses oppositions venues des Brenets (constitution d'une association pour combattre l'implantation de Cartier et dépôt d'un référendum) aient joué dans le choix de Richemont, selon "L'Express". L'implantation au Locle paraît en effet poser moins de problèmes, car la zone appartient à l'Etat et elle est déjà dévolue au secteur tertiaire.

La réaction de Marc Eichenberger, conseiller communal aux Brenets:

Cartier va s'installer sur une parcelle de terrain de 8000 mètres carrés aux Brenets. [Gaël Klein - RTS]Gaël Klein - RTS
Cartier pourrait implanter une usine au Locle / Le 12h30 / 1 min. / le 16 novembre 2013

boi

Publié Modifié

Colère aux Brenets

Le Conseil communal des Brenets exprime sa colère samedi, d'une part parce qu'il a appris la nouvelle dans la presse et d'autre part parce que Richemont lui avait déjà donné quelques garanties pour une implantation.

Mais selon le conseiller Marc Eichenberger, "cela ne signifie pas que le projet est abandonné", car Cartier n'a pas fixé de délai aux Brenets au-delà duquel elle abandonnerait le projet pour se tourner vers une autre commune.

La société va prendre "une décision en 2014. Nous devons comprendre qu'elle ne peut pas attendre indéfiniment", poursuit l'élu brenassier.

Au Locle en revanche, la satisfaction est de mise, car l'entreprise apportera et des emplois et de la valeur ajoutée, selon le Conseil communal, qui parle d'une implantation "judicieuse en termes d'aménagement communal".