Modifié le 27 août 2013 à 20:50

Parti de Suisse, l'ex-patron de Xamax Bulat Chagaev veut "revenir vite"

Bulat Chagaev a quitté la Suisse
Bulat Chagaev a quitté la Suisse 19h30 / 1 min. / le 27 août 2013
L'homme d'affaires tchétchène Bulat Chagaev a dû quitter la Suisse pour la Russie. L'ex-patron du club de Neuchâtel Xamax souhaite déposer une nouvelle demande de visa Schengen, a appris la RTS mardi.

L'ancien propriétaire du Neuchâtel Xamax Bulat Chagaev a quitté le territoire helvétique, lundi 26 août, à destination de la Russie. Il se soumet à la décision d'expulsion prononcée à la mi-avril par le canton de Vaud, et confirmée en appel à la mi-juillet par le Tribunal fédéral.

A Moscou, le Tchétchène veut déposer une nouvelle demande de visa Schengen, "afin de regagner dès que possible la Suisse", comme il l'a expliqué à la RTS.

Office des migrations saisi

Contacté, le conseiller d'Etat vaudois Philippe Leuba estime que cette démarche a peu de chance d'aboutir: "Nous avons saisi ce mardi l'Office fédéral des migrations (OIM) pour qu'une interdiction d'entrée en Suisse (IES) soit prononcée dès 17 heures."

En clair, cette IES sera transmise au fichier Schengen, empêchant Bulat Chagaev de regagner le territoire suisse. Le magistrat vaudois précisant que "si les procédures  judiciaires ouvertes à Neuchâtel exigent la présence de M. Chagaev, il lui sera délivré un sauf-conduit pour assister à son procès".

"Décision injustifiée"

Le 17 avril 2013, le Service de la population du canton de Vaud avait prononcé le renvoi de Suisse de Bulat Chagaev, au motif que ses papiers n'étaient pas en règle. Titulaire d'un simple visa d'affaire Schengen valable jusqu'au 21 juillet 2013, il était astreint à ne pas passer plus de 90 jours d'affilée sur le territoire helvétique. Un délai qui, en raison de ses ennuis judiciaires, a de fait été largement dépassé.

Joint par téléphone à Moscou, Bulat Chagaev juge totalement injustifiée la décision d'expulsion des autorités vaudoises. "Je voulais rester en Suisse pour me défendre. Quand je me suis adressé au Service de la population du canton de Vaud en faisant valoir que j'ai violé des visas parce que j'étais en prison et ensuite assigné à résidence, ils m'ont répondu que cela ne les regardait pas", explique-t-il. Il fait aussi valoir que son passeport ne lui a été rendu par le procureur Aubert que le 26 juin 2013.

"Je vais revenir au plus vite"

"Je vais déposer une demande de visa Schengen auprès d'un des pays de l'Union européenne et revenir le plus vite possible à Saint-Sulpice. On ne peut pas me refuser cela, car mes enfants sont domiciliés en Suisse", ajoute-t-il. A quel pays va-t-il s'adresser? Bulat Chagaev refuse de répondre, estimant qu'en cas de publicité, la Suisse fera tout pour faire capoter cette démarche.

Bulat Chagaev aurait dû se présenter mardi soir au Tribunal des Prud'hommes à Genève, accusé par des employées de son entreprise de les avoir licenciées sans raison valable, a par ailleurs appris la Tribune de Genève.

Agathe Duparc

Publié le 27 août 2013 à 14:47 - Modifié le 27 août 2013 à 20:50

18 mois de procédure

Poursuivi pour "gestion fautive" dans l'affaire de la faillite de Neuchâtel Xamax, le Tchétchène Bulat Chagaev a été arrêté le 27 janvier 2012 et maintenu en détention jusqu'au 21 février 2012.

Puis, jusqu'à la mi-mars 2013, il était assigné à résidence dans une villa de Saint-Sulpice (VD) - où résident en toute légalité son ex-femme et ses deux enfants – contraint de se présenter deux fois par semaine au poste de police local.

Jusqu'à ce que le procureur général de Neuchâtel Pierre Aubert ne lève cette mesure de contrainte estimant que le risque de fuite était moindre et que le Tchétchène avait démontré qu'il "entendait participer à la procédure et répondre aux accusations formulées contre lui".