Modifié le 20 février 2013

L'UDC neuchâteloise embarrassée par les déboires d'Yvan Perrin

Yvan Perrin est le "bon sillon" pour le canton de Neuchâtel
Yvan Perrin met dans l'embarras son propre parti. [Sandro Campardo - ]
Exiger le bulletin de santé général de son candidat et clarifier sa position dans l'entreprise NSA éclaboussée par un scandale sexuel, l'UDC neuchâteloise réagit aux récents problèmes d'Yvan Perrin.

Les responsables de l'UDC neuchâteloise ne cachent pas leur embarras, après l'affaire du scandale sexuel présumé au centre de requérants d'asile de Perreux, à Boudry, où cinq agents de la société de sécurité NSA sont soupçonnés d'avoir eu des relations sexuelles avec des réfugiées. Yvan Perrin, le candidat UDC au Conseil d'Etat, était officieusement directeur adjoint de l'agence.

"On attend les résultats de l'enquête", réagit pour l'instant Yvan Perrin. Il reconnaît cependant un problème: l'un de ses proches amis, l'ancien conseiller d'Etat Frédéric Hainard, défend l'un des agents NSA.

Pas inscrit au Registre du Commerce

Lors de la session du Grand Conseil mardi soir à Neuchâtel, les langues se sont un peu déliées. Le député Walter Willener, responsable de la campagne d'Yvan Perrin, entend clarifier cette fonction de directeur adjoint de la société NSA, qui l'a pour le moins surpris. Yvan Perrin n'est en effet pas inscrit au Registre du Commerce et n'a pas la signature de l'entreprise. Simplement, pour négocier la sécurité de certaines grandes firmes horlogères, il a besoin de ce titre pour légitimer son action.

Walter Willener va également exiger un bulletin de santé général du candidat pour mettre fin aux doutes qui grandissent sur l'état de son protégé.

Yvan Perrin déclare accepter cette proposition: le check-up aura lieu la semaine prochaine. Son bulletin de santé sera publié, puisque, dit-il, "c'est la chose qui intéresse le plus les Neuchâtelois"...

Enquêter contre l'Office des migrations

L'UDC pourrait aussi passer à la contre-offensive et enquêter, par exemple, sur les agissements de l'Office des Migrations à Perreux ou mettre au jour d'autres affaires peu reluisantes pour les concurrents de l'ex-policier.

Quoi qu'il en soit, le candidat Yvan Perrin devra préciser très vite la vraie nature de certains de ses engagements. Pas de doute, la campagne électorale pour le 14 avril prochain est bel et bien lancée.

Thierry Clémence et Roger Guignard/vkiss

Publié le 20 février 2013 - Modifié le 20 février 2013