Modifié

A Neuchâtel, McDonald's est reconnu coupable de discrimination sexiste

Le système de commande de McDonald's été numérisé et offre un service à table à ses clients. [NAM Y. HUH - Keystone]
McDonald's à Neuchâtel reconnu coupable de discrimination sexiste / La Matinale / 1 min. / le 15 février 2022
Le tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers (NE) vient de rendre un arrêt qui reconnaît une discrimination au sens de la loi sur l'égalité pour des faits qui remontent à 2019. Une employée s'était vue refuser un poste de manager après avoir mentionné son mariage.

Employée du célèbre fast-food, Céline* avait mentionné son mariage à venir lors d'un entretien. Peu après, elle s'était vue refuser une promotion, au motif que le "risque d'un congé maternité" était trop important.

"Ma manager m'a expliqué que suite à la reconnaissance de mon mariage à venir, le patron a décidé de rétracter l'offre, parce qu'il avait peur que je tombe enceinte", explique-t-elle. "Je pensais rêver, ma manager était une femme. Je ne pensais pas qu'une femme pourrait me dire de telles choses."

Syndrome de l'imposteur

Juriste à Unia Neuchâtel et représentante de la travailleuse, Virginie Ribaux salue ce jugement et surtout le courage de l'employée, car ce genre de démarches reste rare. Selon la syndicaliste, beaucoup de femmes subissent une forme de "syndrome de l'imposteur" et remettent en cause le fait que des discriminations ont eu lieu, ou les circonstances de celles-ci.

"Souvent, on n'arrive pas à avoir des femmes qui, dans ce genre de circonstances, sont prêtes à aller de l'avant en réclamant quelque chose à leur ancien employeur", souligne-t-elle mardi dans La Matinale.

"Signal fort"

"Je pense que c'est un signal fort aux employeurs, déjà, qui doivent mettre en place les mesures pour respecter la personnalité de leurs employés et leurs employées. Et c'est aussi un message d'espoir pour les employées qui, dans des circonstances diverses, peuvent être victimes de discriminations en raison du genre", poursuit la juriste.

>> L'interview complète de Virginie Ribaux:

Un consommateur devant un restaurant McDonald's. [Denis Sinyakov - Reuters]Denis Sinyakov - Reuters
Discrimination sexiste chez McDo: interview de Virginie Ribaux / La Matinale / 1 min. / le 15 février 2022

La principale intéressée, quant à elle, se dit aujourd'hui très heureuse de cette décision. "J'étais déterminée à obtenir justice. Je savais que j'avais raison, mais il fallait que d'autres personnes le reconnaissent aussi", dit-elle.

*nom d'emprunt

ds/jop

Publié Modifié