Modifié

La ville de La Chaux-de-Fonds passe au macaron de parcage

La Chaux-de-Fonds met à jour sa politique de stationnement et adopte le macaron. Petite révolution [RTS]
La Chaux-de-Fonds met à jour sa politique de stationnement et adopte le macaron. Petite révolution / 12h45 / 1 min. / le 2 novembre 2020
Depuis le 1er novembre, La Chaux-de-Fonds inaugure sa nouvelle politique de stationnement, avec l'introduction d'un macaron de parcage - pour le plus grand mécontentement des pendulaires qui devront désormais payer pour se parquer.

Elle était l'une des dernières villes de Suisse romande à n'avoir ni macarons, ni horodateurs. Mais La Chaux-de-Fonds a dit adieu à ses zones blanches à durée illimitée. Il faudra désormais se munir d'un macaron pour rester parqué plus de deux heures au même endroit dans la ville, une règle qui s'applique du lundi au vendredi de 7h à 19h. "Le gros changement, c'est l'abolition des zones blanches, qui étaient jusqu'à maintenant illimitées et gratuites", explique Philippe Carrard, urbaniste communal. "Elles sont maintenant limitées à deux heures avec le disque de stationnement et illimitées pour les détenteurs de macarons", précise-t-il.

Les vignettes seront gratuites pour les résidents et les entreprises inscrites aux registres du commerce, puis 20 francs par renouvellement. Le changement se joue surtout pour les externes: il faudra désormais débourser 90 francs par mois pour obtenir un macaron, 250 francs pour un trimestre ou 800 francs à l'année.

Objectif: libérer la ville des voitures

Autre option moins coûteuse: se parquer hors de la ville dans l'une des 13 zones de stationnement. Là, le macaron coûte 350 francs par année, ou 40 francs par mois. "L'objectif est de garder un maximum de véhicules de pendulaires à l'extérieur de la ville", explique Théo Huguenin-Elie, conseiller communal en charge de l'urbanisme, "et convaincre de prendre les transports publics". Avec comme but de libérer la ville des voitures. "C'est une première étape vers autre chose", souligne le conseiller communal, "cela permet de diminuer le stationnement et le trafic au centre-ville et donc d'améliorer la qualité de vie, la sécurité, et la possibilité aussi de réaménager."

Travail de longue haleine pour les autorités, la mise en place d'horodateurs ou de macarons a été combattue plusieurs fois et refusée par la population en 2011 notamment.

Moins cher que Neuchâtel

Reste que le prix du macaron, 20 francs pour les résidents, reste bien moins cher que dans les autres villes romandes. A Neuchâtel par exemple, le stationnement à l'année coûte 110 francs pour les habitants. Selon notre enquête, ailleurs, c'est encore plus cher: 200 francs par an à Genève, 500 francs à Lausanne, et 960 francs à Nyon, la ville la plus chère de notre enquête.

Théo Jeannet/ebot/kkub

Publié Modifié

Prix du macaron dans les villes romandes

>> Prix du macaron/an pour les résidents:

Nyon

960

Sierre

880

Gland

840

Morges

540

Lausanne

500

Vevey

480

Sion

420

Fribourg

396

Renens

360

Pully

360

Porrentruy

360

Bienne

330

Bulle

300

Martigny

275

Yverdon

270

Berne

264

Genève

200

Delémont

170

Montreux

150

Neuchâtel

110