Modifié

La vente de médicaments à l'unité testée pour lutter contre le gaspillage

Une étude pilote propose aux patients de recevoir leurs antibiotiques à l'unité pour un meilleur traitement [RTS]
Une étude pilote propose aux patients de recevoir leurs antibiotiques à l'unité pour un meilleur traitement / 12h45 / 1 min. / le 11 mars 2020
La vente de comprimés à l'unité pour lutter contre le gaspillage et la résistance aux antibiotiques est testée depuis cette semaine dans le canton de Neuchâtel. Pendant trois mois, 13 pharmacies remettent aux patients le nombre exact de médicaments prescrits.

En collaboration avec l'Office fédéral de la santé publique, l'étude en cours dans le canton de Neuchâtel a pour but de comprendre si vendre des médicaments à la pièce est faisable dans le pays. Elle est réalisée sur une base volontaire des patients.

La démarche répond à une motion du conseiller national genevois Manuel Tornare et adoptée par le Parlement en 2017.

>> Lire aussi : La lutte s'organise face aux tonnes de médicaments gaspillés chaque année

En 2017, l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) estimait que près de 4700 tonnes de comprimés non-utilisés avaient été ramenés dans les pharmacies pour y être incinérés. Selon l'OFEV, c'est en fait près du tiers des médicaments totaux achetés chaque année en Suisse qui n'est pas consommé.

Pas sans conséquences

Or, ce gaspillage peut avoir comme conséquence un usage inapproprié et préjudiciable des médicaments. C'est ce qu'explique Sébastien Marti, secrétaire de l'Ordre neuchâtelois des pharmaciens:

"Certaines personnes n'allaient pas jusqu'au bout de la boîte. En fait, elles la gardaient dans leur armoire à pharmacie et puis réutilisaient des antibiotiques à d'autres fins, soit pour une maladie similaire ou qu'elles pensaient similaire ou éventuellement, pour la donner à quelqu'un d'autre (...) Et ce qu'il faut savoir, c'est que si on ne va pas jusqu'au bout du traitement d'antibiotiques, avec le bon antibiotique, on risque finalement de faire une sélection, de tuer les bactéries les plus faibles et de sélectionner les plus fortes et avoir ainsi au final une apparition progressive de résistance sur l'ensemble de la population".

>> Revoir également ce reportage du 19h30 sur la campagne de l'OFSP pour restituer les antibiotiques non-utilisés:

L'Office fédéral de la santé publique lance une campagne pour inciter la population à restituer les antibiotiques non-utilisés. [RTS]
L'Office fédéral de la santé publique lance une campagne pour inciter la population à restituer les antibiotiques non-utilisés. / 19h30 / 1 min. / le 15 novembre 2019

Une consommation d'antibiotiques qui doit encore reculer

Une résistance qui s'observe d'ailleurs chez l'humain, mais aussi chez les animaux et dans l'environnement. La consommation d'antibiotiques par habitant reste toutefois deux fois plus faible en Suisse que la moyenne enregistrée dans l'Union européenne mais elle doit encore reculer.

La dispensation des médicaments à l'unité est déjà pratiquée dans d'autres pays. Pourtant, le changement de paradigme n'est pas anodin en Suisse et il comporte notamment des obstacles d'ordre juridique. Les résultats de cette étude seront publiés d'ici la fin de cette année.

Sujet radio: Deborah Sohlbank

Adaptation web: ther

Publié Modifié