Modifié

Un ex-chef de service neuchâtelois condamné pour ses sms à une "ado"

Un ex-chef de service neuchâtelois a été condamné pour ses messages à connotation sexuelle à une "ado". [AFP]
L'ex-chef de service neuchâtelois condamné pour ses messages à une "ado" / Le Journal horaire / 15 sec. / le 14 février 2020
L'ex-chef des formations post-obligatoires du canton de Neuchâtel a été condamné vendredi à 180 jours-amende avec sursis de trois ans. Il avait échangé des propos à connotation sexuelle sur Internet avec un enquêteur, qui se faisait passer pour une adolescente.

L'ex-responsable s'est aussi vu interdire d'enseigner durant cinq ans. Il a été jugé en procédure simplifiée par le Tribunal régional des Montagnes et du Val-de-Ruz, rendue possible par le fait qu'il n'y a pas eu de victime pour les faits auxquels il a été condamné, a expliqué son avocat Frédéric Hainard.

Selon ce dernier, l'enquête a confirmé que les faits incriminés ne portaient que sur des échanges virtuels. Un enquêteur de la police s'était fait passer pour une jeune fille de 14 ans. Le contenu des échanges avec l'inspecteur a été jugé "répréhensible". Mais la tentative d'actes sexuels avec un enfant a été considérée comme "un délit impossible dans la mesure où aucun acte ne pouvait se produire", a ajouté Frédéric Hainard.

"Tester l'efficacité de la prévention"

L'intéressé avait affirmé qu'il souhaitait par la biais de cette conversation "réfléchir à un contenu de formation" destiné aux enseignants et lié à la construction sociale des adolescents au travers des réseaux sociaux.

Il voulait "tester l'efficacité de la prévention" et "voir jusqu'où Tamara - le pseudonyme utilisé par l'agent -  était capable de se protéger".

ats/kkub

Publié Modifié