Modifié le 13 février 2020 à 13:58

Le renflouage d'un bateau coulé par la tempête à Serrières (NE) doit attendre

En raison de la tempête Ciara, un bateau a coulé dans le port de Serrières (NE), provoquant une pollution aux hydrocarbures
En raison de la tempête Ciara, un bateau a coulé dans le port de Serrières (NE), provoquant une pollution aux hydrocarbures 12h45 / 1 min. / le 13 février 2020
Dans la nuit de dimanche à lundi, un bateau a coulé dans le port de Serrières (NE) sous les assauts de la tempête Ciara, provoquant une pollution d'hydrocarbure. Malgré l'urgence, l'épave ne sera pas sortie de l'eau avant vendredi.

Lundi, le garde-port de Serrières annonce au propriétaire de la Marie-Joseph que la tempête a eu raison de son bateau. "J'ai été effondré par cet appel, je ne suis plus propriétaire d’un bateau, mais d’un sous-marin", déplore Gonzague de Waresquiel, qui avait récemment investi pour le rénover et l'équiper.

"J’ai acheté la semaine dernière des amarres qui doivent tenir 6 tonnes alors que mon bateau en fait 3. Mais avec la force des vagues ça été scié au niveau du quai", précise-t-il, en indiquant que même son crochet d'amarrage a été tordu par la force de la tempête.

Renflouage urgent

La relative accalmie des vents mercredi a permis aux plongeurs du service de la sécurité de Neuchâtel d’inspecter le bateau, qui gît au fond du port. Ils ont pu déterminer que l'avarie se trouve à l'avant de l'embarcation.

Le renflouage est urgent, puisque le moteur a déjà dégagé des hydrocarbures polluant l’eau du lac. Pourtant rien ne se fera avant vendredi. "Le trou est visiblement important, ce qui nous fait douter de sa flottabilité et de la réussite d’une opération de renflouage. C'est pour cette raison que l’on va procéder à son extraction avec une grue directement au port de Serrières, sans le déplacer", détaille jeudi dans le 12h45 Stéphane Cosandier, officier de direction du service communal de la sécurité.

Polémique à Serrières

Du côté de Serrières, la polémique enfle. Selon certains, le port ne serait pas adapté aux tempêtes, ce que la ville dément. En l’état depuis 30 ans, le port a résisté à d’autres tempêtes telles que Lothar ou Eléanor sans subir de dommages conséquents, rappellent les autorités qui préfèrent conclure que pour ce coup-là, ce serait la faute à pas de chance.

Miroslav Mares/vkiss

Publié le 13 février 2020 à 13:57 - Modifié le 13 février 2020 à 13:58