Modifié le 10 janvier 2020 à 15:43

Découvertes surprenantes lors des travaux de la Collégiale de Neuchâtel

Des dizaines de squelettes ont été découverts dans les entrailles de la collégiale de Neuchâtel lors des travaux de restauration.
Des dizaines de squelettes ont été découverts dans les entrailles de la collégiale de Neuchâtel lors des travaux de restauration. 12h45 / 2 min. / le 10 janvier 2020
Les travaux de la Collégiale de Neuchâtel ont permis des découvertes archéologiques inattendues. Les ossements d'une trentaine de corps ont été mis au jour, dont certains ont été enterrés avant même la construction de la Collégiale.

"Nous avons été surpris du nombre d’ossements sous le sol de l’aile ouest de la Collégiale", a déclaré l’archéologue Christian de Reynier, de l’Office cantonal du patrimoine et de l’archéologie, cité dans le communiqué de presse diffusé vendredi par la Ville de Neuchâtel. Selon le médiéviste, entre 30 et 40 corps y ont été enterrés, dont certains avant la construction de la Collégiale au 12ème siècle.

"L’église originelle, plus petite, était construite autour de l’actuel choeur, avec un cimetière accolé qui est aujourd’hui englobé dans le bâtiment actuel. On y enterrait les chanoines, mais aussi les habitants de la ville", a expliqué Christian de Reynier.

Ces fouilles archéologiques devraient contribuer à enrichir les connaissances historiques sur l’évolution des pratiques funéraires à Neuchâtel. "L’enterrement des corps au sein même de l’église était une pratique courante au Moyen-Age, l'idéal à l’époque étant d’être enseveli en terre consacrée. La pratique toutefois se raréfie vers la fin de l’époque médiévale et lors de la Réforme", poursuit l’archéologue.

Seules quelques personnalités, jusqu’au 19ème siècle, ont eu droit à ce traitement, sous une stèle de métal.

Visite guidée gratuite

Le public est invité le 27 janvier à 18h à une visite guidée des fouilles en cours sous le sol de l'église. L'entrée est libre mais nécessite une inscription.

En parallèle aux fouilles, le chantier de la Collégiale se poursuit. Les restaurateurs de peintures murales s’apprêtent à consolider la voûte étoilée. Puis viendront la restauration des murs, des jointures, des portes et des vitraux, et puis le sol. La rénovation se fera dans l’esprit de l’architecte Léo Chatelain, qui avait restauré la Collégiale dans les années 1870.

Un chemin de ronde ouvert au printemps

En lien avec le chantier mené depuis 2008, la Ville de Neuchâtel a décidé de poser une passerelle au nord du cloître. Celle-ci permettra, une fois le passage sécurisé, de réaliser un chemin de ronde complet entre le Château et l’esplanade de la Collégiale, "offrant une vue à couper le souffler sur la ville. Véritable atout touristique, le nouveau chemin de ronde devrait être ouvert au printemps", peut-on lire dans le communiqué.

Les dalles du préau du cloître, qui avaient fait polémique et qui avaient été retirées, sont réutilisées dans l'aménagement du chemin de ronde.

ats/ddup

Publié le 10 janvier 2020 à 14:27 - Modifié le 10 janvier 2020 à 15:43