Modifié le 19 décembre 2019 à 14:41

Peine alourdie en appel dans l'affaire de drogue "Chrome" à Neuchâtel

Le procès en appel s'est déroulé devant la Cour pénale du Tribunal cantonal neuchâtelois.
Peine alourdie en appel dans l'affaire de drogue "Chrome" à Neuchâtel Le 12h30 / 1 min. / le 19 décembre 2019
Le principal accusé d'un réseau international de narcotrafiquants, nommé affaire "Chrome", a été condamné jeudi en appel à Neuchâtel à huit ans et neuf mois de prison. C'est neuf mois de plus qu'en première instance.

La Cour pénale du Tribunal cantonal neuchâtelois a notamment condamné l'accusé pour infraction grave à la loi sur les stupéfiants, pour blanchiment d'argent et faux dans les titres. Les juges ont retenu des actes préparatoires pour 30 kilos de cocaïne dans le port français du Havre, des transactions de 5 kilos de cocaïne avec un agent infiltré et un trafic de 216 kilos de marijuana.

"Dans la fixation de la peine, on a retenu le fait que l'agent infiltré était sorti de son rôle le 5 mai 2015 en déclarant qu'il avait un facilitateur dans le port du Havre", a déclaré la présidente de la cour Marie-Pierre de Montmollin.

Le Tribunal cantonal a appliqué les nouvelles règles du Tribunal fédéral et a individualisé les infractions, ce qui alourdit certaines peines.

Peines des comparses aussi alourdies

Le bras droit de l'accusé écope de 42 mois de prison, contre 33 mois infligés par le Tribunal criminel de La Chaux-de-Fonds en octobre 2018.

Le troisième homme a été condamné à 21 mois avec sursis de 3 ans, contre un an de prison avec sursis en 1ère instance. Le restaurateur italien, dont l'établissement avait servi de lieu de rencontres, a de nouveau été condamné à deux ans de prison avec sursis.

ats/oang

Publié le 19 décembre 2019 à 11:19 - Modifié le 19 décembre 2019 à 14:41