Publié le 10 septembre 2019 à 15:21

Neuchâtel veut créer des assemblées citoyennes pour soutenir la fusion

Vue de la ville de Neuchâtel. (Image d'illustration).
Des assemblées citoyennes à Neuchâtel pour accompagner la création du Grand Neuchâtel Le 12h30 / 2 min. / le 10 septembre 2019
La ville de Neuchâtel veut encourager l'engagement citoyen de ses habitants. Un rapport, accepté lundi soir par le conseil général, prévoit la création "d'assemblées citoyennes", censées accompagner la fusion de la commune avec ses voisines.

La création du Grand Neuchâtel est prévue pour 2021. A cette occasion, la ville de Neuchâtel devrait fusionner avec les trois communes de voisines de Valangin, Corcelles-Cormondrèche et Peseux. Un regroupement qui ferait du chef-lieu cantonal la troisième plus grande ville de Suisse romande.

Or dans une ville plus grande, les particularités locales risquent d'être moins bien entendues. C'est pourquoi la convention de fusion prévoit la création "d’assemblées citoyennes."

Selon le conseiller communal de Neuchâtel Thomas Facchinetti, interrogé dans le 12h30, ces assemblées "permettront que des habitants des anciennes communes puissent se rencontrer et exprimer leurs préoccupations, leurs projets, leurs soucis sur ce qui se passe dans le périmètre de leurs anciennes communes. Ce sera un lieu d’expression accessible pour tout un chacun", poursuit l'élu socialiste. "Et ce qui est nouveau, c’est que tout ce qui va être dit va être consigné et transmis ensuite aux autorités pour traitement."

Un système participatif plus fort qu’ailleurs

Au vu de ce contexte de fusion, ces assemblées doivent doter Neuchâtel d’un système participatif plus fort et plus concret que les démarches de consultation organisées d’habitude dans d’autres villes. Le processus de fusion est cependant toujours suspendu par un recours d'opposants à la votation de Peseux. Mais la ville espère que la situation s’éclaircira d’ici 2021 au plus tard.

Dans les milieux associatifs, le projet est plutôt bien accueilli. Olivier Forel, président de l’association Serrières bouge! et porte-parole du groupement des associations de quartier, émet toutefois quelques réserves: "C’est positif parce que ça répond au déficit démocratique actuel. Mais on craint que cela fasse doublon. Comme d’habitude, c’est les citoyens les plus engagés qui vont faire partie de ces assemblées. On met déjà pas mal de temps à disposition pour ce qui est administratif, et on a un peu de se perdre là-derrière."

Adopté hier par le législatif communal par 23 voix contre 9, le rapport de la ville de Neuchâtel prévoit aussi de mieux soutenir la vie de quartier. La future nomination d’un employé communal comme "coordinateur des manifestations" est saluée par les associations de quartier. Elles rappellent toutefois que l’organisation d’évènements en ville reste coûteuse et compliquée pour les petites associations.

Etienne Kocher

Publié le 10 septembre 2019 à 15:21