Modifié le 06 août 2019 à 21:07

Un vaste exercice de sécurité organisé autour de la raffinerie de Cressier

Raffinerie de Cressier (NE): exercice de haute protection de l'armée et de la police.
Raffinerie de Cressier (NE): exercice de haute protection de l'armée et de la police. 19h30 / 2 min. / le 06 août 2019
La raffinerie de Cressier (NE) a été le théâtre lundi et mardi d’un vaste exercice visant à parer une menace terroriste. Trois cents militaires et une dizaine de policiers ont été mobilisés. Une première.

L’exercice conjoint a duré une trentaine d’heures. Il s’est déroulé dans la dernière raffinerie de Suisse, après la fermeture de celle de Collombey-Muraz (VS) il y a 4 ans.

La raffinerie de Cressier produit environ un quart de la demande nationale en produits pétroliers. Le reste des besoins pétroliers de la Suisse provient principalement de l’Union européenne, et là aussi Cressier peut jouer un rôle important.

Survols d’hélicoptère, barrages, contrôles d’identité: différents aspects sécuritaires ont été testés durant deux jours. Ils serviront à mettre à jour et à ajuster le dispositif d’intervention autour de la raffinerie.

"Travailler ensemble"

Interrogé dans le 19h30, Yves Charrière, brigadier et directeur de l’exercice, explique qu'il s’agit de "bien s’entraîner en fonction de menaces potentielles qui ont été identifiées". L'objectif est "de se connaître, de travailler ensemble, de pouvoir comprendre comment l’autre fonctionne, comment se déployer si d’aventure on devait le faire", ajoute-il.

Ivan Keller, chef d’Etat-major à la police cantonale neuchâteloise, précise de son côté que "la menace terroriste en Europe a évolué depuis 2015 et qu'à ce titre bon nombre de sites sensibles ont vu leur dispositif de sécurité amélioré ou revu".

Elodie Botteron, Miroslav Mares, Jost Vonreding/nr

Publié le 06 août 2019 à 20:33 - Modifié le 06 août 2019 à 21:07