Modifié

Le Locle refuse une hausse de 2 points du coefficient fiscal

Le Locle refuse une hausse de 2 points du coefficient fiscal [RTS]
Le Locle refuse une hausse de 2 points du coefficient fiscal / L'actu en vidéo / 36 sec. / le 19 mai 2019
Le Locle (NE) a balayé dimanche la hausse du coefficient fiscal de 69 à 71%. Les citoyens ont refusé par 61,73% des voix une mesure qui devait servir à réduire le déficit du ménage communal.

La hausse du coefficient fiscal était combattue par référendum. Comme la hausse d’impôts a été refusée dans les urnes, les caisses communales seront privées de 500'000 francs supplémentaires. Pour rappel, le budget 2019 prévoit un déficit de près de 3,5 millions de francs. En 2018, la ville du Locle a essuyé un déficit de 600'000 francs, selon les comptes publiés mercredi.

Dimanche, les socialistes ont signalé leur déception. "L’heure du bon sens n’a pas été au rendez-vous!", ont-ils déploré. Durant la campagne, la gauche, majoritaire au législatif, avait relevé qu'un refus de la hausse du coefficient fiscal entraînerait la suppression de la fête des Promotions, de l'aide aux sociétés locales ou des camps de ski pour les enfants.

"La majorité des votants n’a pas entendu et compris les arguments du oui durant la campagne afin que notre ville puisse aller de l’avant dans la résolution des problèmes financiers qu’elle traverse", relève le communiqué du PS. "Le Locle ressort de ce vote plus fragile et moins uni face aux difficultés financières."

Economies à réaliser

Au sein du PLR, qui combattait par référendum l'arrêté du Conseil général du 12 décembre 2018, la satisfaction était de mise à l'heure du résultat dimanche. Les libéraux-radicaux estimaient qu'avant d'augmenter les impôts, le Conseil communal devait regarder si des économies ne pouvaient pas être réalisées.

Le PLR considère par ailleurs qu'il faut que la commune du Locle, qui compte un peu plus de 10'000 habitants, redimensionne les prestations sociales plus élevées qu'ailleurs et le service de la communication.

Le PLR, qui forme un groupe avec les Vert'libéraux au Conseil général, a aussi pointé du doigt les dépenses liées à la culture, qui "ont explosé". Par rapport à 2017, le budget 2019 prévoit ainsi une augmentation de 150'000 francs pour les musées.

Non au Landeron aussi

Toujours dans le canton de Neuchâtel, une autre commune votait aussi sur la hausse du coefficient fiscal. Les citoyens du Landeron ont refusé aussi, à hauteur de 63,36%, la hausse du coefficient fiscal de 66 à 68%.

ats/vkiss

Publié Modifié

Val-de-Ruz accepte la zone réservée

La population de la commune fusionnée de Val-de-Ruz (NE) a accepté dimanche la création d'une zone réservée par 76,42% des voix, un objet combattu par référendum.

La création d'une zone réservée "est une étape incontournable de la mise en vigueur de loi fédérale sur l'aménagement du territoire", avait rappelé le Conseil communal de Val-de-Ruz. Selon les critères fédéraux, le canton de Neuchâtel est surdimensionné dans sa zone à bâtir de 67 hectares, notamment au Val-de-Ruz.

La zone réservée est formée de l’ensemble des terrains soumis à une interdiction temporaire de construire de cinq ans. Son but est de garantir que les modifications de zones à bâtir étudiées restent possibles jusqu’à la décision finale. Les communes de Val-de-Travers, du Locle, de la Grande Béroche ou de Rochefort ont déjà mis en place des zones réservées.