Modifié le 18 juin 2019 à 16:06

Plusieurs sièges laissés libres à Berne aiguisent les appétits à Neuchâtel

La répartition des sièges neuchâtelois au Conseil national et au Conseil des Etats.
La répartition des sièges neuchâtelois au Conseil national et au Conseil des Etats. [RTS]
Avec le départ des deux sortants Didier Berberat et Raphaël Comte, la course au Conseil des Etats sera particulièrement scrutée dans le canton de Neuchâtel le 20 octobre. Un vaste remaniement est aussi attendu concernant les conseillers nationaux.

LA COMPOSITION ACTUELLE DE LA DEPUTATION

Sur les 18 candidats en lice pour l'élection au Conseil des Etats, ce sont les deux candidats sortants qui ont été réélus, à l'instar des élections fédérales de 2011, à savoir le socialiste Didier Berberat et le libéral-radical Raphaël Comte. Le popiste Denis de la Reussille était arrivé au 3e rang, distancé de plus de 5000 voix.

Au National, le passage de cinq à quatre représentants du fait du changement démographique avait coûté un siège au PLR, qui était passé de deux à un conseiller national, à savoir Philippe Bauer. Mais c'est le socialiste Jacques-André Maire qui avait remporté le plus de voix. Au 3e rang, Denis de la Reussille avait réussi à créer la surprise en "piquant" le siège des Verts. Bien que battu par trois autres candidats PLR, l'UDC Raymond Clottu avait tout de même été élu au vu de la force de la liste de son parti.

>> Retour sur ce qu'il s'était passé en 2015: Le popiste Denis de la Reussille siégera au Conseil national

__________________________________________________________________________________________

LE PRINCIPAL POINT D'INTERET POUR 2019

Après cinq législatures à Berne, le socialiste Didier Berberat va abandonner son siège de sénateur en octobre. Idem pour le libéral-radical Raphaël Comte, qui a décidé de quitter la Coupole après neuf ans en poste au Conseil des Etats et à l'âge de 39 ans seulement.

A noter qu'à Neuchâtel, l’élection à la Chambre des cantons se fait à la proportionnelle. Il est donc peut probable qu'un autre parti renverse la composition actuelle, à savoir un PS et un PLR.

_________________________________________________________________________________________

CONSEIL DES ETATS: LES ENJEUX

Côté PLR, le conseiller national sortant Philippe Bauer sera dans la course à la Chambre haute et fait figure de locomotive du parti après le retrait de Raphaël Comte. Déjà affublé de l'étiquette de favori, ce politicien de 57 ans aura comme colistier le député et vice-président du PLR neuchâtelois Didier Boillat.

Privés de leur tête de liste Didier Berberat, les socialistes présentent deux femmes de 39 ans pour tenter de conserver leur fauteuil, à savoir Martine Docourt Ducommun, députée et co-présidente des Femmes socialistes suisses, et Silvia Locatelli, ex-présidente du PS neuchâtelois et conseillère générale à La Chaux-de-Fonds.

En ce qui concerne l'UDC, c'est Pierre Hainard qui est lancé dans la course. Agé de 73 ans, l’ancien conseiller communal de La Chaux-de-Fonds n'a que peu de chances d'être élu avec le système majoritaire, de l'aveu même du président du parti neuchâtelois Walter Willener.

Les Verts proposent eux une double candidature pour la Chambre des cantons, celles de Céline Vara, propulsée vice-présidente des Verts suisses cet été à l'âge de 34 ans, et Fabien Fivaz, député au Grand Conseil.

Le POP mise de son côté sur l'actuel conseiller national Denis de la Reussille et sur Sarah Blum. Enfin, le PDC a lancé les candidatures de Nathalie Schallenberger et Laurent Suter et les Vert'libéraux celles de Sarah Pearson Perret et Mireille Tissot-Daguette.

__________________________________________________________________________________________

CONSEIL NATIONAL: LES ENJEUX

Concernant le Conseil national, le départ annoncé de deux voire trois des quatre sortants pourrait changer la composition politique actuelle de la députation neuchâteloise (1 PLR, 1 PS, 1 UDC et 1 POP). Exclu de l'UDC en 2017 et siégeant désormais sous l'étiquette sans parti, Raymond Clottu a choisi de ne pas se représenter. Idem pour le socialiste Jacques-André Maire, qui va quitter la Chambre basse à 61 ans et après trois législatures.

Concernant les deux autres conseillers nationaux neuchâtelois, le PLR Philippe Bauer a de bonnes chances d'être élu au Conseil des Etats et devrait logiquement céder sa place au National, alors que le popiste Denis de la Reussille, seul élu de la gauche de la gauche à Berne, a manifesté son intention de rempiler. Il figurera sur une liste avec Sarah Blum, Derya Dursun et Armin Kapetanovic.

Au PLR, l'objectif est clair: reconquérir un deuxième siège au Conseil national. Hormis Philippe Bauer, le parti a désigné l'ancien bras droit du conseiller fédéral Didier Burkhalter Damien Cottier, la députée-suppléante du Val-de-Travers Sandra Menoud et le député de La Chaux-de-Fonds Andreas Jurt.

Au PS, on compte sur Oguzhan Can, vice-président du Parti socialiste cantonal, Baptiste Hurni, président du groupe socialiste au Grand Conseil, ainsi que Grégory Jaquet et Aurélie Widmer.

Le retour d'Yvan Perrin

Pour garder un mandat mis en danger par le départ de Raymond Clottu et diverses dissensions dans le parti, l'UDC mise en premier lieu sur le revenant Yvan Perrin. Désormais âgé de 52 ans, celui-ci est de retour près de cinq ans après avoir abandonné son poste de conseiller d'Etat neuchâtelois à cause de problèmes de santé. Yvan Perrin n'est pas un inconnu sous la Coupole puisqu'il a déjà été conseiller national entre 2003 et 2013. Il sera épaulé sur la liste par Grégoire Cario, Thierry Brechbühler et Sylvia Schulé. L'UDC lance aussi une liste jeune.

Les Verts misent pour leur part sur deux hommes et deux femmes, tous députés, à savoir Fabien Fivaz, Céline Vara, Véronika Pantillon et Roby Tschopp. Pour le PDC, ce sont Nathalie Schallenberger, Joseph Mucaria et Jan Homberger qui ont été désignés.

Les apparentements pourraient également jouer un rôle dans cette élection: au centre droit, les Vert'libéraux ont ainsi décidé de s'allier avec le PDC, mais pas avec le PLR, lançant dans la course Sarah Pearson Perret, Julien Noyer, Jennifer Hirter, Pierre-Yves Jeannin et Mireille Tissot-Daguette. Par ailleurs, après certaines tensions l'an passé entre Les Verts et le POP, la large alliance de gauche a été reconduite, condition importante pour permettre à l'un de ses deux partis de siéger au National.

Frédéric Boillat

Publié le 05 juin 2019 à 15:00 - Modifié le 18 juin 2019 à 16:06

Le résultat de 2015 au Conseil des Etats

1. Didier Berberat (PS), 16'837 voix (élu)i
2. Raphaël Comte (PLR), 15'080 voix (élu)
3. Denis de la Reussille Denis (POP), 9306 voix
4. Andreas Jurt (PLR), 9107 voix
5. Blaise Courvoisier (UDC), 9078 voix
6. Raymond Clottu (UDC), 8932 voix
7. Martine Docourt Ducommun (PS), 8339 voix
8. Fabien Fivaz (Verts), 4030 voix
9. Derya Dursun (POP), 3547 voix
10. Nicole Baur (Verts), 3411 voix

Le résultat de 2015 au Conseil national

1. Jacques-André Maire (PS), 14'025 voix (élu)
2. Philippe Bauer (PLR), 11'364 voix (élu)
3. Denis de la Reussille (POP), 10'921 voix (élu)
4. Nicolas Ruedin Nicolas (PLR), 9743 voix
5. Andreas Jurt (PLR), 8840 voix
6. Marlène Lanthemann (PLR), 8758 voix
7. Florence Nater (PS), 8239 voix
8. Raymond Clottu (UDC), 8158 voix (élu)
9. Baptiste Hurni (PS), 8130 voix
10. Blaise Courvoisier (UDC), 8032 voix