Modifié

Un programme coordonné à Neuchâtel veut surveiller la fatigue des pilotes

Les atterrissages guidés par satellite se généralisent dans l'aviation.
canaryluc
Fotolia [canaryluc - Fotolia]
Un programme européen coordonné à Neuchâtel veut surveiller l’état de fatigue des pilotes d’avion / La Matinale / 1 min. / le 26 février 2019
Surveiller l'état de fatigue des pilotes d'avion, c'est l'objectif d'un programme européen qui sera coordonné par le Centre Suisse d'électronique et de microtechnique (CSEM) de Neuchâtel.

L'idée du projet baptisé HIPNOSIS est de combiner intelligence artificielle et expertise aéronautique, en vue de créer, à terme, une nouvelle génération de cockpits.

Le but? Eviter qu'un pilote ne s'endorme à bord d'un vol commercial et dépasse sa destination de 50 kilomètres, comme cela s'est produit en novembre dernier en Australie.

Selon le Bureau américain de la sécurité des Transports, la fatigue est d'ailleurs mise en cause dans 20% de ses enquêtes. Le CSEM veut donc y apporter une réponse technologique dans le cadre du projet européen Clean Sky II.

Algorithmes pour mesurer la fatigue

"Une partie du dispositif sera basée sur la vision, par l'intermédiaire d'une caméra intelligente qui analysera des paramètres comme la position de la tête, des paupières ou la direction du regard. Ces informations seront ensuite associées à d'autres données biologiques, portées par exemple au poignet des pilotes", précise à la RTS Rafael Pennese, chargé du développement d'affaires au sein du CSEM.

Ces données physiologiques permettront d'obtenir des algorithmes pour mesurer la fatigue. Le dispositif sera ensuite testé dans un cockpit créé par des ingénieurs français.

Aucun essai n'est prévu pour l'instant sur des pilotes humains et les premiers résultats sont attendus en 2021. Et pour espérer un jour une commercialisation, il faudra encore convaincre les compagnies aériennes, alors que la fatigue des pilotes reste encore bien souvent taboue.

Julien Bangerter/vkiss

Publié Modifié