Modifié le 08 février 2018 à 07:37

Le président du PDC Jura André Burri annonce sa démission

André Burri, en février 2018.
PDC jurassien: interview du président démissionnaire André Burri La Matinale / 1 min. / le 08 février 2018
Elu président du PDC Jura en septembre 2016, André Burri a annoncé sa démission lors du congrès du parti réuni mercredi soir à Glovelier. Il invoque des raisons professionnelles et une charge de travail trop importante.

Pris dans la tourmente de la déroute du Parti démocrate-chrétien lors des dernières élections communales et de l’affaire Queloz, André Burri a aussi signalé sa volonté de resserrer ses liens familiaux.

Figure de CarPostal dans le Jura depuis une vingtaine d’années, André Burri a tenu à préciser que ce départ n’était pas en relation avec les informations de malversations révélées mardi par l’Office fédéral des transports.

Situation difficile dans un parti en proie au doute

La situation du président du PDC Jura était devenue quasi intenable dans un parti en proie au doute et confronté à des échéances importantes, avec notamment les prochaines élections fédérales, pour une formation politique qui est encore la plus importante dans le Jura.

Le PDC a perdu une vingtaine de sièges dans les exécutifs communaux en automne dernier. Il a aussi vécu un véritable psychodrame au mois de décembre lors de la mise à l’écart de sa candidate Pauline Queloz à la présidence du Parlement jurassien soupçonnée d’avoir menti au sujet de son cursus universitaire.

>> Lire aussi: La PDC Pauline Queloz n'a pas été élue présidente du Parlement jurassien

L’affaire a entraîné la démission de trois députés démocrate-chrétiens qui ont quitté les rangs du PDC pour siéger de manière indépendante. Cette crise aura aussi mis en lumière une certaine tension avec le président du PDC, certaines voix dénonçant son absence apparente au plus fort des moments difficiles vécus par le parti.

Gaël Klein/ebz

Publié le 07 février 2018 à 20:43 - Modifié le 08 février 2018 à 07:37