Publié le 26 septembre 2017

La libéralisation des transports publics dans le Jura inquiète les syndicats

La gare routière de Delémont.
La libéralisation des transports publics dans le Jura inquiète les syndicats Audio de l'info / 1 min. / le 26 septembre 2017
Les milieux syndicaux jurassiens se préoccupent de l'avenir des transports publics dans le canton, alors que le réseau sera ouvert à la concurrence. Ils ont présenté mardi une pétition pour le maintien de l'offre et des conditions de travail.

Syndicom et le Syndicat du personnel des transports réagissent à la décision du canton d'ouvrir le réseau de bus du Jura à la concurrence. Leur pétition exige le maintien des conditions de travail et de la qualité de l'offre pour le trafic des voyageurs.

Le canton du Jura va en effet lancer le printemps prochain un appel d'offres pour 28 lignes régionales de bus et 13 lignes nocturnes, soit la totalité du réseau cantonal, qui transporte pas moins de trois millions de passagers par année.

Obligation de négocier une CCT exigée

Les syndicats ne veulent pas que cette ouverture à la concurrence ne se fasse sur le dos des quelque 150 travailleurs du secteur. Ils redoutent une détérioration des conditions de travail des employés et, donc, de la sécurité des transports par car.

Leur pétition exige l'obligation de négocier une convention collective de travail (CCT) pour pouvoir soumissionner. Le contrat collectif devra inclure les conditions de travail et salariales usuelles de la région. Une motion sera en outre déposée mercredi au Parlement cantonal.

>> Ecouter le reportage de Gaël Klein dans La Matinale (29.08.2017):

Les bus de CarPostal pourraient disparaître du paysage jurassien.
Ici la Suisse - Publié le 29 août 2017

Alain Arnaud/dk

Publié le 26 septembre 2017

Objectif: économiser un million de francs

Avec cette ouverture à la concurrence, le canton du Jura souhaite économiser un million de francs par an sur les 20 millions facturés aux usagers et à la collectivité jurassienne.

A l'heure actuelle, CarPostal, société propriété de La Poste, détient près de 80% du marché des bus dans le Jura, aux côtés des bus rouges des Chemins de fer du Jura (CJ).