Modifié le 06 septembre 2012 à 09:45

Le Jura interdit les solariums en libre-service aux mineurs

L'exposition aux rayons ultra-violets augmente le risque de mélanome.
L'exposition aux rayons ultra-violets augmente le risque de mélanome. [Gaël Klein - ]
Les mineurs ont désormais l'interdiction de se rendre dans les solariums en libre-service dans le Jura. Le Parlement a modifié la loi en ce sens à cause du risque de mélanome.

Le Parlement jurassien a décidé mercredi d'interdire l'utilisation des solariums en libre-service aux mineurs pour protéger la santé de la jeunesse. Cette décision, qui intervient alors que des discussions sont en cours aux Chambres fédérales à ce sujet, est une première en Suisse romande

La modification de la loi sanitaire a été adoptée en première lecture par 48 voix contre 1 et 8 abstentions. La responsabilité de faire respecter l'interdiction incombe aux gérants de ces installations, qui ne sont toutefois pas répertoriées dans le canton, ce qui posera des problèmes d'applicabilité.

Pour le Parlement, il faut éviter que des mineurs fassent un usage abusif de ces solariums. Une interdiction de l'usage des cabines de bronzage va permettre de juguler les cas de mélanome dans le canton, a souligné le ministre de la Santé Michel Thentz.

Risque de mélanome

Selon une étude publiée par l'Office fédéral de la statistique en avril, la Suisse arrive en tête des pays européens les plus touchés par ce cancer. Quelque 2000 cas de mélanome de la peau sont diagnostiqués chaque année. Tous les députés ont relevé les dangers liés à une exposition aux rayons ultra-violets.

Une exposition superflue favorise le cancer de la peau. Pour le gouvernement, cette disposition poursuit avant tout un but préventif. L'utilisation des solariums reste maintenue lorsqu'il s'agit d'agir dans un but thérapeutique.

ats/boi

Publié le 05 septembre 2012 à 16:50 - Modifié le 06 septembre 2012 à 09:45

Durcissement sur le tabac

Les élus jurassiens ont aussi interdit la vente des produits du tabac aux mineurs, une disposition également inscrite dans la loi sanitaire. Le Parlement admet qu'il sera toujours possible pour les mineurs de se procurer des cigarettes mais il entend ne pas faciliter l'accès à ces substances nocives.

Actuellement, l'interdiction de vente aux jeunes de moins de 16 ans est appliquée par 11 cantons et l'interdiction de vente aux moins de 18 ans dans 5 cantons. S

Pour les autorités, ces deux dispositions complètent la législation cantonale en matière de prévention dans l'attente d'une éventuelle réglementation fédérale.