Publié

Dans le Jura, des associations se mobilisent en achetant des génératrices pour l'Ukraine

Des associations jurassiennes se mobilisent pour l'Ukraine en y envoyant des génératrices aux familles qui ne peuvent plus se chauffer
Des associations jurassiennes se mobilisent pour l'Ukraine en y envoyant des génératrices aux familles qui ne peuvent plus se chauffer / 19h30 / 2 min. / le 30 décembre 2022
Le Jura se mobilise pour envoyer chaleur et lumière en Ukraine. En récoltant des dons dans le canton, des associations ont acheté des génératrices, qui doivent servir à pallier les coupures d'électricité qui rythment le quotidien du pays.

En Ukraine, les coupures de courant se sont multipliées jeudi dans le pays, alors que des millions de civils ukrainiens vivent déjà depuis des semaines avec une électricité fortement rationnée, des problèmes d'eau et de chauffage en plein hiver.

>> Notre suivi de la guerre en Ukraine : Jens Stoltenberg de l'Otan appelle à fournir davantage d'armes à l'Ukraine

Quatre associations jurassiennes se sont donc mobilisées pour acheter, grâce à 30'000 francs de dons privés, une trentaine de génératrices destinées à des familles ukrainiennes. "Nous avons ciblé une taille de machine pour qu'elles puissent brancher le frigo, les lampes et les accessoires", indique Eloy Frésard, garagiste agricole et membre l'Association JJGO, vendredi dans le 19h30 de la RTS.

L'électricité liée à l'accès à l'eau

"Les habitants n'ont souvent également pas d'eau, souligne Jean-Claude Thüler, responsable de la Maison ukrainienne d'Alle. Car dans les villages, l'eau n'est accessible que via des puits qui fonctionnent avec des pompes électriques."

Les génératrices vont quitter le Jura pour rejoindre l'Ukraine. Cette mission revient à Vasyl Petrov, habitant de Kiev et qui est de passage dans le Jura pour voir sa femme et leurs deux enfants réfugiés.

"Dans la région de Kiev où j'essaie de survivre tant bien que mal, l'électricité est rationnée", raconte celui qui était fonctionnaire d'Etat avant la guerre. *Nous avons le courant au grand maximum dix heures par jour. Nous recevons un programme avec les heures des coupures de courant. Ces petites génératrices sont absolument nécessaires. Il nous en faudrait des centaines de milliers", conlut-il.

Daniel Bachmann/vajo

Publié