Modifié

Delémont se mobilise contre le plan d'austérité du gouvernement jurassien

Dans le Jura, la fonction publique se mobilise contre le plan d'économie du gouvernement. [RTS]
Dans le Jura, la fonction publique se mobilise contre le plan d'économie du gouvernement. / 12h45 / 1 min. / le 24 novembre 2022
Le mouvement de contestation contre le plan d'austérité du gouvernement jurassien s'amplifie. Une pétition munie de 3768 signatures demandant à l'exécutif de revoir sa copie a été remise mercredi soir à la présidente du Parlement en présence de plusieurs centaines de manifestants.

Un collectif formé de la coordination des syndicats de la fonction publique, de la Fédération interjurassienne de coopération et de développement et de l'Association jurassienne pour l'action sociale demande le report du "Plan équilibre 22-26". Ce projet regroupe 85 mesures pour réaliser des économies de 34 millions de francs.

Ces mesures touchent tous les secteurs comme la santé, le social ou l'aide au développement. Les signataires demandent l'abandon dans sa globalité du plan d'économies et souhaitent l'ouverture d'un nouveau processus qu'ils veulent plus démocratique et participatif pour déboucher sur un nouveau plan financier.

Appel à la solidarité

Les opposants au plan d'austérité estiment que les mesures touchent prioritairement des domaines sensibles. "La solidarité, qu'elle soit cantonale ou internationale, est un principe maintes fois répété dans la Constitution jurassienne. Il est nié, voire désavoué, dans ce programme déséquilibré", peut-on lire dans un tract remis aux députés à l'issue de la séance du Parlement.

L'introduction d'une semaine supplémentaire de congé non payé au sein de l'Etat qui se traduit par une baisse salariale, la réduction des charges en matière d'intégration des personnes migrantes ou la suppression des subsides en faveur des jeunes pour certaines formations font partie de ce paquet de mesures.

Position du Gouvernement

Dans une tribune publiée récemment dans le Quotidien jurassien, le Gouvernement dit entendre les réactions suscitées par son plan d'économies. Même s'il le juge indispensable, il ajoute que ce n'est pas de gaité de coeur qu'il a déposé ce projet sur la table du Parlement, insistant sur la nécessité d'assainir les finances.

ats/hkr

Publié Modifié