Publié

L'ouverture du TGV Rhin-Rhône en 2011 a profité à l'économie du Jura

Deux rames TGV en gare de Belfort-Montbéliard en décembre 2011. [Gaël Klein - RTS]
Les dix ans de la mise en place du TGV Rhin-Rhône dans le Jura / Le 12h30 / 2 min. / le 12 décembre 2021
Il y a dix ans, l'entrée en vigueur du nouvel horaire des CFF coïncidait avec la mise en service du TGV français Rhin-Rhône, aux portes du canton du Jura. Des deux côtés de la frontière, le bilan est aujourd'hui positif pour l'économie.

Consciente de son intérêt, la Suisse avait contribué à hauteur de 100 millions de francs à la construction de la ligne de TGV Rhin-Rhône, qui a couté près de 2 milliards et demi de francs pour 140 km.

Et dans le Jura, le TGV est un outil extrêmement apprécié aujourd’hui par ceux qui veulent se rendre à Paris. C'est le cas notamment des chefs d’entreprise qui profitent de cette opportunité pour conclure des affaires.

Une plus grande proximité avec Paris

Interrogé dimanche dans le 12h30 de la RTS, le directeur de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Jura évoque notamment les secteurs de l'horlogerie et de la joaillerie. "Le fait d'être à proximité de cette ville, cela facilite les contacts et les relations d'affaires entre nos industriels, nos entreprises ici dans le Jura, et les partenaires situés dans la capitale française", a souligné Pierre-Alain Berret.

Potentiel d’amélioration pour relier Belfort

Reste que la connexion du Jura avec la gare TGV de Belfort-Montbéliard n’est toujours pas idéale, malgré la réouverture d’une ligne ferroviaire il y a trois ans entre la frontière et la gare TGV.

De nombreux Jurassiens privilégient encore la voiture pour s’y rendre. L’enjeu est donc de fiabiliser et d’améliorer les cadences horaires d’ici décembre 2025. "On travaille aujourd'hui avec la région Bourgogne-Franche-Comté", a expliqué le délégué aux transports du canton du Jura David Asséo.

Un réseau transfrontalier de type RER

L'idée est de mettre en place un réseau du type RER, avec des cadences à la demi-heure par-dessus la frontière. Il permettrait "d'avoir une fréquence, une qualité d'horaire et une productivité au niveau financier, intéressantes pour les deux territoires".

Le dernier enjeu est l’achèvement de cette ligne TGV Rhin-Rhône. Il reste encore un gros chainon manquant, une quarantaine de kilomètres entre Belfort et Mulhouse. Les travaux devraient être achevés d’ici 2028.

Gaël Klein/oang

Publié